ORKHON

Cascade de glace de la Vallée de l’Orkhon


La vallée de l’Orkhon doit son nom à la rivière Orkhon qui la traverse.

Des reliefs montagneux, de la neige, quelques pannes, des cours d’eau et des cascades de glace, voilà en quelques mots ce qui vous attend de la suite de notre périple…

Pour faire cette excursion, nous sommes partis de Kharkhorin avec pour chauffeurs de choc le frère et la belle sœur de notre hôte. Et ça tombe bien, voici pour l’occasion la rubrique que je vous avais promise dans mon dernier article (si vous l’avez raté, vous pouvez le retrouver ici).

LA CONDUITE EN MONGOLIE

Dans le guide touristique, il y avait écrit un truc du genre « si vous voulez conduire, c’est à vos risques et périls »… Nids de poules, routes globalement très accidentées (quand il y a des routes…), les pannes sont très fréquentes : les mongols s’entraident beaucoup et il est rare qu’ils laissent une voiture en panne sans venir filer un coup de main, mais le problème, c’est que dans certains coins, vous pouvez rester plusieurs jours sans croiser personne… On s’est dit que ce serait peut-être plus facile (d’autant plus en hiver) de prendre le bus et/ou un chauffeur, surtout si on ne veut pas rester toute une nuit perdus au milieu des steppes.

Dès notre trajet en bus, on s’est rendus compte que la conduite était en effet assez folklorique là-bas. La route qui relie Ulan Bator à Kharkhorin est quasiment toute droite et il faut croire que les mongols s’ennuient sec. Alors c’est un peu à celui qui doublera le plus de voitures, ou celui qui doublera celui qui doublera les voitures (un petit côté Mario Kart sans les peaux de bananes…). Certains tentent même le doublage de plusieurs voitures jusqu’à se rabattre à la dernière milliseconde en croisant une voiture en face ! Autant vous dire que j’ai frôlé l’arrêt cardiaque plusieurs fois….