Découvrir un monde fait de cascades, de gorges vertigineuses, de ponts, de châteaux datant du moyen-âge, de villages tous plus beaux les uns que les autres. Suivre le Tarn au fil de balades, découvrir des barrages, des paysages d’un vert éclatant… C’est chose faite grâce à ma première édition du WAT18 ! Votre mission si vous l’acceptez, me suivre pour découvrir l’Aveyron en 1 jour au cœur des Gorges des Raspes !

Et oui l’Aveyron a le vent en poupe ces dernier temps !! Je peux même vous dire que c’est THE place to be !! Les 23-24-25 avril dernier, pas loin de 250 blogueurs voyage et lifestyle ainsi que 126 exposants ont été accueillis comme des rois dans la région de l’Aveyron !

Euh, c’est mignon tout ça, mais c’est what le WAT ?


> Définition de Lykorne :

Imaginez une horde de blogueurs assoiffés de voyages qui s’emparent de l’Aveyron pendant quelques jours et règnent en maîtres à coups de photos, qui tueraient pour pouvoir manger de l’Aligot nuit et jour et qui se régénèrent en buvant du sang… Euh du Ratafia.

Pas besoin de regarder Walking dead pour ça, il y a le WAT.

> Définition tout court :

Le salon We Are Travel (WAT pour les intimes), c’est un salon annuel qui met en contact depuis 2014 des blogueurs voyages et des exposants (que ce soient des agences de voyages, des offices de tourismes, des marques…) lors d’un séjour riche en émotions, en France ou à l’étranger.

Cette année, vous l’aurez compris, nous nous somme réunis en Aveyron : au programme, une journée de visites (par blogtrips de 6) menées par des guides passionnés, deux jours de conférences le matin et speed-dating l’après-midi avec des exposants pour soumettre des projets et voir si des partenariats seraient possibles, le tout rythmé par des moments uniques entre voyageurs passionnés…. Un événement organisé avec brio par le staff du WAT, et un accueil inoubliable de la part de l’agence de développement touristique de l’Aveyron.

Mais aujourd’hui, je vais principalement vous parler blogtrip !

//

Aveyron en 1 jour : itinéraire au cœur des Raspes, les gorges oubliées.

 

 

Promenons-nous dans les Raspes, pendant que le loup n’y est paspe… Oups

Nous faire découvrir les Gorges des Raspes en 1 journée ! Voilà le défi que l’Office de Tourisme du Pays de la Muse et des Raspes du Tarn a brillamment relevé !

C’est David qui nous accueille au domaine Saint-Estève ; un look décontracté, un béret sur la tête, avec un large sourire, il nous parle alors du programme de la journée. Nous découvrirons tout d’abord le village de Brousse-le-château (inutile donc de vous dire ce qu’on y trouvera, le nom est assez éloquent), puis visiterons l’église de Saint-Victor, avant de déjeuner chez les Toqués du Truel. L’après-midi, nous aurons une vue panoramique sur les gorges du Tarn depuis le Roc Saint-Jean d’Ayssènes, nous explorerons le barrage de Pinet, admirerons la Cascade des Baumes avant d’achever cette belle journée  en traversant le village d’Auriac. Programme ambitieux mais pas impossible, même si David trouve que nous avons un temps très réduit pour découvrir le coin (mais il nous a sélectionné le meilleur du meilleur).

Côté blogueurs, je vous présente la fine équipe qui m’accompagnera toute la journée :

  • Paule-Elise et Hélène, les deux dames au van, auteurs de 1916 kilomètres et Roadtrips occitans  : deux filles + un chien + un van, ça fait forcément plein d’aventures remplies de vie et de bonne humeur ! Elles aiment l’Histoire, les balades en France ou ailleurs, Hélène n’aime pas les virages mais adoooore le Farçou (spécialité locale) !
  • Charlotte, du blog Traces de voyages, une fille Franco-Canadienne très sympa ; si vous voulez avoir le tournis, je vous conseille d’aller voir la rubrique USA sur son site, je ne m’en suis toujours pas remise !
  • Patrick, un des auteurs du blog Génération Voyage ; pour résumer, c’est le pitre du groupe… Si vous cherchez celui qui fait des blagues toutes les deux minutes, qui fait des galipettes dans l’herbe, rejoue la scène du Roi Lion juché sur un bout de rocher, bah le voilà !!
  • Fanny, du blog babymeetstheworld, qui ne recule devant rien et surtout pas devant l’idée de finir son aligot…. Et sinon, maman épanouie de deux garçons, qui vit à Barcelone et croque la vie à pleine dents. Sur son blog elle parle aussi bien voyages que cuisine ou cosmétiques !

De très belles découvertes !

David ne fait pas les choses à moitié : il a lu chacun de nos blogs et il nous accueille à tour de rôle avec un petit mot personnalisé. Ça fait plaisir !

//

Brousse-le-château

 

Les paysages sont assez verts et vallonnés, puis deviennent de plus en plus rouges et escarpés : nous passons par moultes virages, (au grand désarroi de Fanny et Hélène) puis des tunnels pour arriver à Brousse-le-château. Et là, voilà un village tout de pierres vêtu datant du 13ème siècle, aux pieds d’un majestueux château ! Classé parmi les « plus beaux villages de France », je comprends aisément pourquoi en admirant les jolies ruelles fleuries, les ponts, les maisons pittoresques qui ont beaucoup de charme ! Comptant plus de 1000 âmes au 18ème siècle, il reste aujourd’hui seulement 154 habitants !! L’exode rural n’aura pas épargné le village… C’est ici que Charlène, notre deuxième guide de choc de la journée nous rejoint.

Aveyron

Aveyron

Aveyron

C’est Théorème qui nous emmène jusqu’au château et nous fait la visite : il démonte un à un les préjugés et les stéréotypes sur le Moyen Age !! J’apprends donc que les hommes de l’époque n’étaient pas si petits que ça, la taille moyenne atteint quand-même les 1m70… Les portes sont assez petites et étroites, mais c’était étudié pour que les assaillants ne puissent pas pénétrer à plusieurs d’un coup ! De plus, ils ne sentaient pas mauvais (ça puiiiire messiiiiiiir) comme on nous le laisse entendre, ils se lavaient même bien plus qu’à la Renaissance… Ainsi quand un homme baillait, son voisin ne mourrait par forcément sur le coup… Dommage, j’imaginais que c’était une arme redoutable pour faire fuir les ennemis !! De plus, les femmes avaient un rôle bien plus important au Moyen Age que par la suite et même jusqu’au 20ème siècle… Elles pouvaient travailler, avoir une fonction importante, elles n’étaient pas réduites à ranger et laver les armures ! J’apprends aussi que le cap des 24 ans est souvent fatidique (un peu comme notre cap des 27 aujourd’hui qui sait, le mystère plane toujours) à cette période, mais une fois dépassé, on a des chances de vivre vieux (ce sont les statistiques qui le disent !).

Nous découvrons donc une forteresse avec une vue imprenable sur le Tarn d’un côté, et sur l’Alrance de l’autre côté ! Les assaillants n’avaient qu’à bien se tenir, il n’était pas si facile d’y pénétrer ! Des pièges dès l’entrée, des remparts, des donjons, des meurtrières et mâchicoulis, bref, tout l’attirail pour défendre le château ! Les seigneurs sont tout en haut, donc les mieux protégés. Du château, nous avons une vue presque à 360 degrés sur ce qui l’entoure, ce qui fait évidemment sa force pour surveiller les potentielles attaques ennemies ! J’apprends également que les armures ne sont apparemment pas aussi lourdes qu’elles en ont l’air ! Notre guide nous a assuré qu’il était possible de faire une galipette avec une armure tellement c’est bien articulé : bizarrement, je n’ai pas eu la démonstration, mais bon, allez je suis sympa, on va dire que je le crois sur parole ! Une fois hissé sur son destrier (encore faut-il réussir à monter), c’est le cheval qui porte l’armure plus que l’homme posé dessus.

Aveyron

Aveyron

Aveyron

Aveyron

Aveyron

Aveyron

J’ai un peu l’impression d’être dans Game of Thrones ! J’imagine Cersei, le regard dans le vague de son donjon, au loin des dragons battant des ailes en crachant du feu… Non, ça ne se passait pas comme ça ? Ah….

La partie jardin est totalement bucolique, ça donne envie d’installer quelques transats et de boire un coup… ça tombe bien, pendant qu’on avait le dos tourné, nos hôtes ont transformé la table du jardin en table de pic-nic… Des toasts (c’est là que je découvre avec émotion le farçou, et il me hante jour et nuit depuis…), un bon verre de vin blanc ; C’est bien de pouvoir goûter les spécialités locales pour découvrir une région… Les aveyronnais ont tout compris !

Aveyron

J’ai eu un gros coup de cœur pour cette visite dans un village où on a vite l’impression d’être seuls au monde. Mais ce serait mentir que de dire qu’il n’y avait pas un chat.

Infos pratiques

visiter le château de Brousse-le-Château
www.brousselechateau.net

  • Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 17h en février, mars et novembre
  • Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h en avril et octobre
  • Ouvert tous les jours de 14h à 18h en mai, juin et septembre
  • Ouvert tous les jours de 10h à 19h en juillet et août

5 euros par adulte, 4 euros pour les étudiants et GRATUIT pour les moins de 12 ans

 

Chat c’est troooop miiignoooon

Les blogueurs restent ce qu’ils sont, il y a de la belle pierre, des ponts, c’est magique… Mais tout à coup un chat passe par là et tout le monde court pour immortaliser le moment !

David regarde nerveusement sa montre, et là, il nous annonce le top départ vers notre prochaine visite : Il faut vous le dire, notre guide est atteint du syndrome du lapin dans Alice au pays des Merveilles, il regardera sa montre très régulièrement pendant la journée, en secouant la tête et en disant « en retard, en retard »… Là, ça veut dire, qu’il faut passer à la visite suivante ;)…

//

Eglise de Saint-Victor ou à la découverte de la « Chapelle Sixtine Rouergate »

 

C’est Francis qui prend la relève en nous faisant visiter avec une passion dévorante l’église Sixtine aveyronnaise, une découverte haute en couleurs ! Située à Saint-Victor-et-Melvieu, le contraste entre l’extérieur en pierre habillé de fenêtres rouges et l’intérieur dans des nuances bleues, ocres et dorées est saisissante !

Aveyron

Alors oui, je dois l’avouer, j’ai d’abord été très étonnée que notre guide nous parle de l’art de la fresque et de Lykorne…. Avant de comprendre qu’il parlait en réalité de l’icône…. Je m’apprêtais pourtant déjà a approfondir la question en lui parlant arc-en-ciels et paillettes… #bouletenaveyron

L’auteur de ces chefs d’oeuvre est Nicolaï Greschny : il est né en 1912 en Estonie. Pour fuir le nazisme à Berlin alors qu’il suit les Beaux-arts, il passera par différents pays d’Europe, comme en Autriche, à Berlin, ou encore en Norvège… C’est en France qu’il finira par se réfugier, et tomber amoureux de l’Aveyron au point de ne jamais la quitter jusqu’à sa mort. Maître en matière de la fresque « al fresco », il laissera son empreinte dans de nombreuses églises aveyronnaises, des témoignages, spirituels et colorés. Sans même utiliser de pochoirs, il peint directement sur les murs ! L’erreur n’est donc pas permise, il doit être un virtuose pour gérer les perspectives, la configuration des voûtes, la lumière et j’en passe… Et peindre 25 fresques en l’espace de 30 jours seulement !!

J’ai aimé l’harmonie des couleurs, surtout le bleu que je trouve particulièrement lumineux. Mais aussi le mélange entre la tradition byzantine et quelque chose de  plus contemporain (content pour rien) ; il mélange des scènes sacrées avec des scènes modernes. Sur une des fresques, il s’est représenté avec des personnes du village, comme le curé, le commanditaire de l’oeuvre et le maire de l’époque…

Aveyron

Aveyron

En sortant de l’église, Florence nous montre fièrement le petit train des Raspes, qui permet de faire tout un parcours dans les gorges au gré des contes et des légendes…

Mais ce n’est pas tout, comme vous l’avez compris, les collations et apéros rythment une journée aveyronnaise tout autant que les visites ; c’est donc le moment de goûter en avant-première #VIP à une nouvelle confiture maison qui sera bientôt vendue ici. Nous l’accompagnons d’un petit verre de vin !

Aveyron

Infos pratiques

Eglise Saint-Victor-et-Melvieu
www.stvictor-et-melvieu.fr/

5 euros pour la visite de l'Eglise avec un guide ou audio-guide, 4 euros pour un enfant de plus de 12 ans.

Petit train des Raspes
www.tourisme-aveyron.com/

Balade d'environ 1 heure:
9 euros par adulte, 5 euros pour un enfant de plus de 6 ans, GRATUIT moins de 6 ans

 

//

Les Toqués du Truel

 

Oui, je mets le restaurant en gras et en grand titre comme les autres visites : en Aveyron, les repas comptent autant que le reste. C’est convivial, on mange des spécialités….

Après donc deux apéros et deux visites, passons aux choses sérieuses…. Bah oui, il est l’heure de manger 🙂 ! Je regrette que mon Viking ne soit pas là, je crois que ça résume tout à fait sa vision du monde idéal… Et oui, même lorsqu’il n’est pas avec moi, je me moque quand-même de la taille de son estomac ; quelle Lykorne ingrate, mais avouez, vous auriez été déçus si je ne l’avais pas fait !

Nous voici donc chez les Toqués du Truel, où Franck et Magalie nous accueillent avec un grand sourire. Comme partout ici…  Le restaurant se situe donc dans la commune de Truel, une ville où il fait bon vivre, et où on s’apprête à constater également qu’il y fait bon manger !

Nous commençons avec un kir à la châtaigne (J’adoooore la châtaigne, on en trouve bien trop peu en région parisienne. Je suis aux anges).

L’ambiance est vraiment chouette. Je peux m’émouvoir des heures devant un beau paysage c’est vrai ( vous l’aurez remarqué), mais à ce moment précis, en regardant notre folle tablée qui converse entre blagues et gros fous rires, bah j’étais toute aussi émue. Je dois vous avouer un truc. J’avais très envie de participer au WAT : mais de nature un peu timide, et n’étant pas toujours à l’aise dans des grands groupes, j’avais juste quelques appréhensions avant de partir. Je reculais un peu des quatre sabots au moment de boucler ma valise. Evidemment, je savais que ça m’apporterait beaucoup, j’avais juste peur de ne pas me sentir dans mon élément. Et dès le premier jour, face à toutes ces chouettes personnes au moins aussi hautes en couleurs que les fresques de notre ami Nicolaï (que je ne connaissais pas la veille et que pourtant j’avais tout à coup l’impression de connaître depuis toujours) bah mon petit cœur de Lykorne a fait plusieurs bonds dans sa poitrine. Tout ça, nous le devons sûrement à notre passion commune des voyages, à notre grain de folie qui sait, mais aussi à l’organisation et à l’accueil d’une générosité hors normes de nos guides et de chaque personne qui nous a accompagnée au fil de la journée.

Bon, c’est tout pour la séquence émotion (on ne va pas commencer à morver dans nos assiettes, nous n’en sommes qu’à l’entrée, bougre de Lykorne à roulettes…). Après avoir dévoré l’entrée, attention, les choses sérieuses commencent : Aligot time !!

Nous avons pour défi de tout terminer (bon en sachant quand même que nous en sommes à notre troisième repas de la journée, et que l’aligot n’est pas réputé pour être léger)

Technique testée et approuvée pour finir son aligot (selon nos guides) :


  1. Tapisser son estomac avec un apéritif : Check
  2. Ne pas boire d’eau en même temps, ça fait gonfler le tout dans votre estomac : j’ai la tête qui tourne à force de prendre l’apéro, mais je ne boirai pas d’eau, c’est compris. Check
  3. Ne pas manger de pain. C’est l’aligot ou rien. Vous avez déjà fait le concours de celui qui mange le plus de petits Lu ? Moi oui : et il y a un moment où le tout se transforme en une énorme pâte, ça colmate et vous ne pouvez plus rien faire, ni mâcher, ni avaler… Je crois que c’est pareil. Check.
  4. Prier mère nature pour que votre estomac supporte cette expérience culinaire délicieuse, mais à force de bouchées, presque barbare. Pas check.

J’ai le regret de vous annoncer que j’ai perdu haut la main. Pourtant j’ai adoré ce que j’avais dans mon assiette… Mais j’ai rendu les armes assez vite… Fanny détient la palme de la plus courageuse : elle a souffert, elle a fait des pauses, mais s’est reprise et est presque allée au bout de son aligot. Notre vainqueur, c’est le pitre du groupe, notre Patrick intergalactique qui finit presque sans sourciller… A partir de là, nous l’avons rebaptisé à l’unanimité « Aligot Man » (j’attends d’ailleurs le film de super héros qui sortira bientôt sur nos écrans : Aligot Man versus Farçou girl. Oui nous l’avons trouvée également….). Puis bon, nos guides ont fini mais ça ne compte pas, trop facile pour eux, non ?

Le repas s’achèvera entre une bataille de « pierre feuille ciseaux » d’un côté de la table (c’était un peu garderie pour David et Charlène non ?), des conversations sur l’étymologie de l’Avey »rond » de l’autre (bah oui, nous en sommes quand même au 4ème apéritif), et un succulent moelleux à la châtaigne pour tous….

J’ai adoré !!

Les Toqués du Truel

Les toqués du Truel
www.tourisme-aveyron.com

Ouvert tous les midis et tous les jours hors samedis.
Pizzas à emporter le soir.

 

Aveyron

 

David regarde sa montre, dit « en retard » oups, on digérera un autre jour, il est temps de vite décamper (enfin vite, après un tel repas, ça reste difficile, mais pas impossible). Nous rejoignons notre van (vue : une lykorne se tromper de van au moment du départ, la faute aux vapeurs d’alcool #bouletaveyrondleretour).

//

Le roc Saint-Jean d’Ayssènes

 

Le trajet se fera dans la bonne humeur, Aligot man et Paule-Elise ayant goûté la liqueur, ils feront des blagues tout le trajet (je vais trop loin ? Je vais me faire taper…).  Prochain stop : le roc Saint-Jean d’Ayssènes. Au bout du village d’Ayssènes se trouve un sentier d’interprétation. Autrefois, il y avait ici un château datant du moyen-âge, mais il a été rasé sur ordre de Richelieu en 1629 (un grain irritable le cardinal).

A la place, vous trouverez aujourd’hui un Belvédère, avec une vue imprenable et vertigineuse sur les gorges avec le Tarn en contrebas…. Partout où vous allez dans les Raspes, le Tarn vous accompagne. C’est un des plus beaux points de vue sur l’eau, je vous conseille d’y faire un tour, si jamais vous passez dans le coin !

Vu : Patrick, alias Aligot man, rejouer la scène du Roi Lion du haut d’un rocher… Je regrette de ne pas avoir eu le temps d’immortaliser ça !

 

Aveyron

Aveyron

Aveyron

Aveyron

Sur un pressoir, il est inscrit « rien ne presse » (j’aime bien ;)), mais à en juger l’attitude de notre guide qui relève sa manche en regardant sa montre, moi je dirai plutôt qu’il est temps de passer à la suite !

Maison de la châtaigne et de l’Art Religieux


La suite se passe d’ailleurs toujours à Ayssènes où nous visitons la Maison de la châtaigne et de l’Art Religieux. Nous pouvons suivre à partir d’une salle d’exposition les cycles du châtaignier et de son fruit, jusqu’à sa transformation. Vous y trouverez également des bornes interactives et un documentaire. Vous pourrez y acheter des produits à base de châtaigne bien sûr 🙂 !

Infos pratiques

Maison de la Châtaigne et musée des Arts Religieux
www.tourisme-aveyron.com

Sentier d'interprétation et vue imprenable sur le Tarn du Belvédère.

Roc d'Ayssènes
www.tourisme-aveyron.com

Sentier d'interprétation et vue imprenable sur le Tarn du Belvédère.

 

Aveyron

//

Barrage de Pinet

 

Le barrage de Pinet a été le premier a voir le jour sur le Tarn ! Construit de 1626 à 1929, ce barrage hydroélectrique mesure 41 mètres de hauteur et son réservoir peut contenir 10 millions de mètres cubes d’eau ! Nous y croisons quelques pêcheurs, je n’y connais pas grand chose mais visiblement, il y a une forte densité ici de perches, sandres et carpes ! La vue sur le Tarn, la perspective du barrage avec un petit village au fond est magnifique.

Aveyron

Aveyron

Des airs de fjord norvégien ? Et non, ne vous y trompez pas, vous êtes toujours dans les Gorges des Raspes de l’Aveyron ! La couleur de l’eau du Tarn est vraiment d’un vert émeraude sublime. Et c’est ce qui me plaît d’ailleurs particulièrement en découvrant pour la première fois l’Aveyron : toute la palette de verts est d’une richesse étonnante, des arbres jusqu’au Tarn.

//

Cascade des Baumes

 

La journée défile à vive allure, les paysages aussi défilent, et il est temps de découvrir la cascade des Baumes ! Située dans la commune de Saint-Rome de Tarn, cette cascade de 18m a quand même eu le privilège de voir sauter Vincent Pérez dans Fanfan la Tulipe… Ou alors c’est peut-être plutôt le contraire !

Encore un gros coup de cœur, je dirais que c’est un incontournable lors d’un périple en Aveyron… J’ai couru après des cascades en Islande, en Thaïlande aussi, et finalement je me rends compte à brûle pourpoint que nous avons ce genre de trésors en France…

Aveyron

//

Visite d’Auriac

 

Il fallait bien un point d’orgue à nos savoureuses découvertes en Aveyron en un jour dans les gorges des Raspes ; et ce fut avec l’exploration du village d’Auriac ! Cette petite commune de 231 habitants date du 11ème siècle ! Des pierres, une végétation luxuriante, un village de charme, beau dans sa simplicité désarmante et avec une vue sur le Tarn et la nature comme je les aime particulièrement. Pour une chasseuse d’étoiles filantes, ce havre de paix en pleine nature me donne forcément envie d’y revenir de nuit, avec mon Viking sous le bras, pour aller compter les météorites…. En découvrant la vue, nous avons tous pensé que ce lieu est idéal pour se ressourcer, se recentrer sur soi-même et méditer…. A réfléchir !

Aveyron

Aveyron

Aveyron

Aveyron

David avait raison ; on ne peut pas connaître l’Aveyron en 1 jour ;). Mais en 1 jour, on peut découvrir des paysages époustouflants, avoir de gros coups de cœur, rencontrer des gens d’une gentillesse et générosité inestimables, manger de l’aligot, photographier un chat, voir la vie en vert…. Et n’avoir qu’une seule envie : retourner en Aveyron plus d’un jour…

MON BILAN DU WAT18


Je dois dire que j’ai été très emballée par ma première édition du WAT…. Les logements au Domaine Saint-Estève étaient super, les soirées Leegeeendary (je n’avais pas dansé la chenille avec autant de conviction depuis des années) : en plus des blogtrips, préparés avec amour par nos guides, nous avons eu la chance de découvrir le viaduc de (Tintin et) Millau (ok je sors) sous un angle inédit ; ils sont comme ça dans l’Aveyron, ils nous ouvrent des accès normalement interdits au public : la classe !

Aveyron

Mais ce n’est pas tout ; avoir l’opportunité de rencontrer autant d’exposants en un temps aussi réduit, c’est une grande chance. C’est un exercice qui est intéressant et peut permettre  de concrétiser de beaux projets…

C’est aussi vecteur de belles rencontres, un rendez-vous entre passionnés du voyage dans un cadre à la fois professionnel et bon enfant !

Je tiens donc à remercier chaleureusement toute l’équipe We Are Travel qui nous a concocté une édition mythique. Florence et Xavier en particulier pour toute l’énergie que vous mettez à faire de ce salon un rendez vous réussi entre blogueurs et exposants (que ce soit dans la préparation en amont ou sur place) ! Et merci pour ce joli trophée <3

Un grand merci également à l‘agence de développement touristique de l’Aveyron qui nous a accueillis avec une grande générosité, nous a choyés même on peut le dire ! Il paraît que l’ambiance de cette édition était particulièrement folle, et je pense que c’est en grande partie grâce à vous 😉 !

Et merci à vous, David et Charlène, comme chaque intervenant qui a rythmé cette belle journée, de nous avoir présenté les Gorges des Raspes avec autant passion, c’était vraiment communicatif. Vous avez réussi à orchestrer et minuter chaque moment afin qu’on puisse se tenir au programme, c’était super ! J’espère vous revoir lors de ma prochaine visite de l’Aveyron !

Cet article touche à sa fin, mais si vous souhaitez découvrir d’autres articles traitant du WAT, voici une petite sélection :

Mon amie Ariane, nominée et deuxième finaliste pour le Trophée du Blog Expert (et c’est tellement mérité, son blog est une mine d’or) raconte avec humour et passion pourquoi elle aime le salon des blogueurs voyage ; vous n’avez pas encore lu, son article ? C’est par ici !

Si vous souhaitez découvrir les Gorges des Raspes sous un autre point de vue, je vous invite à vous rendre sur le blog de Paule-Elise et Hélène par !

Pour finir, un article sur un blogtrip un peu plus sportif, et un bon aperçu des différentes activités, des événements et soirées organisés par le WAT18 chez Vanessa et Alexeï.

Gardez cet article à portée de main, épinglez-moi !