Découvrir la Bavière en hiver, c’est succomber à la magie des châteaux encore plus féériques sous la neige, découvrir des lacs merveilleux aux couleurs enchanteresses et encerclés de montagnes, manger des saucisses avec une bonne bière, découvrir la pétaradante (oui, nous y sommes allés pour fêter le nouvel an) capitale de Bavière, Munich

La Bavière (Bayern) se situe au sud-est de l’Allemagne, bordée par l’Autriche au sud et par le Liechtenstein à l’ouest : c’est le coin le plus touristique du pays, il doit sa renommée à ses magnifiques châteaux, mais aussi à son patrimoine culturel, ses traditions, son folklore et ses spécialités culinaires. 

Pour tout dire, je bavais depuis quelque temps devant les photos de Bavière, et après avoir fêté le nouvel an en Slovénie en hiver l’année dernière (je fais des rimes en « ère »), l’Allemagne nous a semblés tout indiquée pour immortaliser le réveillon 2018/2019. Avec le mardi férié et en faisant le pont, nous avons donc sur place 4 jours et 3 nuits pour parcourir la Bavière en hiver.

Itinéraire de notre road trip en Bavière en hiver

 

Nous atterrissons donc à Munich après seulement 1h30 de vol et partons chercher notre voiture de location pour parcourir la Bavière en hiver. L’échange dépôt de garantie / voiture se fera dans la douleur, une déconvenue nous attend. Pour payer une voiture, une carte de débit fait tout à fait l’affaire, mais pour retirer la voiture, ô comme c’est bizarre, cela ne marche pas… Je vous passe les détails.

 

 

Nos aventures en Bavière en hiver

Notre première mission à accomplir paraît plutôt simple : trouver notre air bnb à Starnsberg. Mais par un tour de passe passe, notre GPS nous amène dans une rue du même nom mais dans une autre ville, à presque une heure de route de notre destination (ce serait dommage de ne pas avoir quelques péripéties en chemin quand même non ?). Pensant être arrivés à bon port, nous cherchons dans la #rudumemenom le numéro 21. Sans succès. Puis nous découvrons des maisons en bout de route sans numéro, et comme notre prochaine mission consiste à “chercher les clés sous des pots de fleurs dans l’entrée” et qu’il y a bel et bien des pots de fleurs dans l’entrée d’une des maisons, nous pensons que ça sent bon (et je ne parle pas que de fleurs)… Nous commençons donc tout naturellement à soulever tous les pots de notre future maison quand nous apercevons une dame à la fenêtre. Oups…. On dirait bien que nous ne sommes pas à la bonne adresse, notre hôte n’est pas sensée être dans les parages puisqu’elle est en vacances au Canada. Nous apercevant la korne dans ses plate bandes, elle vient à notre rencontre d’un air interrogateur, mais plutôt aimable et souriante en vue des circonstances… On lui explique alors qu’on cherche un air bnb, que visiblement, ça ne doit pas être là, nous nous excusons platement (toutes nos plus plates bandes excuses). Désireuse de nous aider, elle appelle à la rescousse sa fille qui connaît quelqu’un qui a un air bnb (en toute objectivité, la probabilité pour que ce soit la même personne reste très faible, mais nous n’osons pas interrompre ce débordement de bonne humeur, surtout sachant que nous nous étions invités sur sa propriété à fouiner)…. En discutant, nous nous rendons finalement compte que nous ne sommes pas à Starnberg.

Il nous aura fallu une bonne demi-heure pour comprendre, nous voilà donc de retour à la case départ (mais sans toucher 20 000 francs), avec le même nom de rue sur le GPS mais dans la bonne ville cette fois.

 

Starnberger see 

Nous longeons un lac, le Starnberger see, la lumière baisse et nous décidons d’y faire une halte pour admirer le coucher de soleil (nous ne le savons pas encore mais ce seront nos seuls rayons du séjour, nous avons bien fait de nous y arrêter).

En voyage, il y a toujours LE moment où quelque chose se passe et hop, ça y est, on déconnecte et on se sent dans le mood. Pour notre voyage en Bavière en hiver, ce fut celui-ci.

 

baviere en hiver

 

Starnberger see

 

baviere en hiver

 

Nous voilà tous les trois sur un ponton en bois, la vue sur les montagnes en ligne de mire, nous n’entendons plus que le clapotis de l’eau. Le soleil décline et vient peu à peu embrasser et embraser l’horizon. L’eau bleue s’habille de reflets dorés, puis orangés, puis rouges avant de devenir plus sombre et de s’éteindre derrière les derniers rayons.

Nous croisons un monsieur qui veut à tout prix nous montrer ses 352 photos « non retouchées » qu’il prend régulièrement du même ponton à chaque coucher de soleil (hum, je suis une Lykorne méfiante, mais j’émets objectivement quelques doutes, soit le soleil avait fumé un gros tarpé, soit il a quand même même touchoté quelques réglages… Mauvaise langue).

 

Starnberger see

 

baviere en hiver

 

La faim commence à nous tirailler et nous finissons d’avaler les quelques kilomètres qui nous séparent de notre air bnb (bah oui parce-que le temps passe, passe passe mais nous ne l’avons toujours pas trouvé). Nous finissons quand même par mettre la main… Euh le sabot dessus, après avoir soulevé la moitié des pots de fleurs de la résidence : on ne change pas une équipe qui gagne… Alleluia !

Le ventre du viking nous rappelle à l’ordre, il est temps de penser à nourrir son antre ou nous nous exposons à quelques dangers (veuillez éloigner tout animal de compagnie susceptible de finir en sandwich, ranger les plantes vertes, alerte, alerte). 

Pour sceller notre première soirée bavaroise, nous jetons notre dévolu sur un bar restaurant qui ne paie pas de mine de l’extérieur mais qui a l’air sympa à l’intérieur et surtout très bien noté. Ce sera l’occasion de trinquer, jeter une ou deux victuailles au Viking (ne surtout pas approcher ses doigts) et papoter.  

Nous ne sommes pas des Bavarois en mousse et buvons notre litron de bière comme des vrais… Pour tapisser notre estomac, nous mangeons des saucisses et des pâtes aux champignons. L’ambiance est chouette, nous sommes au milieu des locaux qui rentrent du boulot et se retrouvent en famille, entre amis ou des habitués qui viennent pour faire des jeux avec le barman. Après deux verres, nous parlons fort, rions, fêtons dignement notre bonheur d’être de nouveau réunis pour une folle escapade et décidons d’y poursuivre la soirée Nous y retournerons même le deuxième soir… Conquis ? 

 

Où dormir à Starnberg


Two cozy bedrooms & bath in a house

Une maison située dans une résidence très calme. L’habitation est grande, agréable, bien située, notre hôte reste accessible à distance pour les infos pratiques ou en cas de besoin.

 

Où dîner à Starnberg


Bajazzo – Die kleine Kneipe von nebenan
Vous l’aurez compris, une adresse à tester sans modération…

 

La journée des beaux aux bois dormants en Bavière en hiver

Après une bonne nuit de sommeil, frais comme des Bretzel, voilà notre programme de la journée : 

1 – Aller voir de nos propres yeux le château de Louis de Bavière II, ou celui dont on ne prononcera pas le nom (pas de sortilège, c’est juste que je n’arrive pas à le prononcer, même avec une patate dans la bouche)

2 –  Aller déjeuner à Füssen, la romantique, et déambuler dans ses ruelles….

3 – Retourner voir la château de Neuschwanstein de nuit (oui, toujours mon obsession pour les illuminations…)

 

Château de Neuschwanstein (jesépakwachtaïne)

 

Baviere en hiver

 

Louis de Bavière II a fait construire le château de Neuschwanstein pendant de longues longues années (oui je noie le poisson avec de « longues longues », c’est pas wikipedia ici, si vous voulez de vrais détails historiques, tout ça tout ça, faut pas rester sur Lykipedia, c’est de l’arnaque), et visiblement, il en a très peu profité : il s’est noyé dans un lac près de son château deux ans après s’y être installé. C’est M., notre comparse de voyage qui nous apprend des anecdotes alléchantes sur Louis II : je crois bien qu’elle lit le Closer bavarois et qu’elle a eu quelques potins en avant première. 

Ce château féérique m’a toujours intriguée, avec ses longues tours toutes fines et ses donjons ronds. Comme je cours toujours et encore après la neige, c’est évidemment en hiver que j’ai décidé de le découvrir. 

En approchant du château de Neuschwanstein, on commence à l’apercevoir surplombant fièrement la Bavière et c’est magnifique…. 

 

chateau de Neuschwanstein

 

baviere en hiver neuschwanstein

 

château de Neuschwanstein

 

baviere en hiver château de Neuschwanstein

 

Malheureusement, notre conte de fées tourne court en arrivant dans les bouchons. En fait, on ne se gare pas où on veut, nom d’une choucroute bavaroise, on est obligés de rejoindre un des deux énormes parkings…. Bwarf. 

En bon touristes civilisés, c’est ce que nous faisons. Mais en découvrant le flux ininterrompu de gens, de navettes et de chevaux qui montent jusqu’au château (c’est l’A86 de la Bavière on dirait), nous décidons d’adopter de toute urgence le plan B. Il est hors de question que cette horde de touristes vienne assombrir notre conte de fées, nom d’une Currywurst. En lisant notre guide, nous apprenons que nous pouvons trouver un petit sentier moins fréquenté qui mène jusqu’au pont Marienbrücke. De ce dernier, nous aurons droit au point de vue préféré du bon vieux Louis sur le château de Neuschwanstein. Cela fera plaisir à M., un vrai pèlerinage de fans sur les pas de Loulou. 

Nous nous enfonçons donc au milieu des sapins, nous sommes presque seuls, il y a de la neige et il se met même à floconner. Le Bonheur ! mon Viking se rend compte que la semelle de ses chaussures est complètement lisse et il fait des dérapages totalement incontrôlés tout le long du trajet… Ce qui déclenche notre hilarité. Oui en mauvaise Lykorne des familles, je me moque joyeusement de ses glissades : c’est pas de ma faute, il marche comme un bébé chiot qui découvre la neige pour la première fois. Il se rattrape aux sapins, aux barrières…

Après 40-45 mn de marche, nous arrivons près du pont : horreur, il est fermé, nous ne pouvons pas y accéder ! À cause du verglas, c’est trop dangereux de s’y engager. Après avoir envisagé d’enjamber (ou plutôt d’ensaboter) les énormes barrières en fer et les barbelés… Je reviens à la raison mais ne m’avoue pas vaincue pour autant. Lykorne qui recule devant un obstacle n’est pas née. Je cherche un autre passage, un autre monticule, un autre accès pour avoir ma vue sur château enneigé ou je me roule en boule dans la poudreuse et je pleure. 

Je suis passée par un chemin qui grimpait beaucoup entre les arbres : mais l’envie dévorante de voir ce château était ma seule obsession. J’étais venue pour mon moment de conte de fées, j’avais bravé les parkings blindés, les touristes, on avait même réussi à hisser un viking jusqu’en haut sans qu’il ne redévale jusqu’en bas…. Non mais franchement… 

 

baviere en hiver

 

J’ai donc eu ma vue enneigée sur le château de Neuschwanstein, et je peux vous dire que c’était de loin le plus bel angle de vue pour profiter de chaque ligne, chaque donjon, chaque courbe et de voir comment il trône fièrement sur ce gros rocher. J’ai fait un arrêt sur image dans ma tête pour savourer ce moment romantique… Pas de dragons à l’horizon, de cheveux longs qui dépassent du donjon, pas de bonhomme vert avec un âne qui sont en vue pour aller délivrer la princesse… Mais l’ambiance est bel et bien là. Nous prenons un autre itinéraire pour redescendre vers les parkings, avec quelques belles vues également sur le château.

 

château de Neuschwanstein

 

château de Neuschwanstein baviere en hiver

 

château de Neuschwanstein

 

Château de Hohenschwangau

En redescendant, nous avons aussi une vue plongeante sur le château d’Hohenschwangau, une oeuvre gothique colorée de toute beauté (j’adoooore le jaune <3).

 

chateau de Hohenschwangau

 

baviere en hiver

 

Nous laissons donjons et dragons derrière nous pour aller déjeuner à Füssen.

 

Füssen

 

Fussen

 

Dans un écrin de nature, entourée de lacs, de collines et de montagnes, Füssen est la plus haute ville de Bavière (808 m au dessus du niveau de la mer). Elle est assez réputée pour sa vieille ville, ses façades bavaroises, ses jolies ruelles et ses éclairages. 

Nous décidons de faire une pause burger dans un restaurant décoré à l’américaine. Mais nous ne sommes pas totalement hors thème pour autant, puisque le Hamburger est à la base allemand (le steak de Hambourg servi dans des pains briochés étaient à l’origine destinés aux ouvriers allemands. Ronald n’a rien à voir avec tout ça…) ! 

Ensuite, nous faisons un tour, nous fondons devant les belles devantures de magasin qui proposent des desserts de toutes les couleurs, nous regardons la ville s’illuminer peu à peu…. C’est trop beau ! 

 

fussen

 

baviere en hiver

 

Fussen baviere en hiver

 

Fussen

 

Fussen

 

C’est agréable de découvrir un lieu où ville et nature se côtoient d’aussi près. Tout autour de la vieille ville, nous avons vue sur des montagnes, des lacs.

 

où manger à Füssen


M43 Burger Bar-BQ
Des burgers délicieux et des frites maison, un service agréable, ambiance à l’américaine.

Pas le temps de traîner, après la visite et un petit goûter dans une bonne boulangerie (à force de voir des gâteaux partout, nous avons craqué), nous décidons de retourner vers notre château de Neuschwanstein (sans s’approcher des parkings malheureux) pour palper l’ambiance by night. J’y aurais bien dormi pour la nuit… 

Nous n’avons d’ailleurs pas fait la visite du château, j’ai lu dans les guides qu’il y avait beaucoup de monde et que la magie opère surtout à l’extérieur. Nous avions que peu de temps sur place et avons préféré visiter d’autres lieux.

 

baviere en hiver

 

Ce soir encore, après une journée riche en émotions, nous décidons de retourner dans notre taverne pour faire le bilan de nos belles épopées !! 

Je vous fais le résumé. Hips, miam, c’était fouuu, trop beauuu, neige, et comment il s’est vautré dans la neige nierk nierk nierk…. 

Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, voici le programme de la journée. 

1- Se promener autour du lac Eibsee, dont l’eau a l’air très verte #passionlacunjourpassionlactoujour

2- Passer par la ville d’Oberammergau, dont ils parlent en bien dans les guides 

3- Rejoindre Munich, pour un nouvel an bavarois de toute beauté (rien réservé, mais confiance, nous avons été chanceux l’année précédente, nous avons décidé de continuer d’y aller au kulo – et aux kilos – cette année). 

 

Eibsee, trésor émeraude bavarois

 

Baviere en hiver lac Eibsee

 

Après 1h20 de route, nous arrivons près de la frontière Autrichienne et profitons de la vue sur les montagnes qui est magnifique. À la base, nous avions prévu de prendre le téléphérique pour aller voir également ce qui se passe tout en haut, mais la météo n’étant pas avec nous, nous préférons nous contenter du lac d’Eibsee

 

baviere en hiver

 

baviere en hiver

 

lac Eibsee

 

Eibsee

 

Il est magnifique ! La couleur verte de l’eau est sublime, il est entouré de montagnes, la balade est super agréable… La Bavière est définitivement un coin où se perdre pour quelques jours ou plus, il fait bon se promener dans les villes comme en pleine nature. C’est assez touristique, mais il y a toujours moyen de trouver des coins peu fréquentés. Je ne dirai pas pour autant que j’ai préféré ce séjour à la Slovénie en hiver. La Slovénie m’avait surprise pour son authenticité et la beauté brute de ses paysages. La Bavière en hiver est plus touristique mais très romantique, et encore plus sous la neige. 

 

lac Eibsee

 

Lac Eibsee

 

 

Eibsee

 

baviere en hiver

 

Lac Eibsee

 

Eibsee lake

 

Après un bon aperçu du paysage, nous partons en direction d’Oberammergau…. Pour déjeuner bien sûr ! 

 

Oberammergau

Oberammergau est une jolie ville typique encerclée de montagnes, réputée pour ses façades peintes et ornées de fresques religieuses datant du 17ème au 19ème siècle. Tant dans ses peintures que dans son architecture, elle reflète à merveille l’époque baroque et Rococo. Nous mangeons des pastas dans un italien, pas mauvais mais pas dingue, à part le Strudel qui vaut quand même la peine d’être mentionné. 

 

baviere en hiver

 

Oberammergau

 

Oberammergau

 

Oberammergau

 

Nouvel an à Munich

 

Munich

 

La soirée de nouvel an approche alors nous partons en direction de Munich (Munchen) pour trouver le air bnb que nous avons loué puis pour aller festoyer en Bavière en hiver

 

Le air bnb dont on taira le nom. 

Sur l’annonce, l’appartement semblait parfait : chaleureux, bien décoré, avec du bois, mansardé, des commentaires au top et un label du genre « affaire à ne surtout pas louper ». En arrivant c’est surtout l’odeur de pisse de chat que nous ne pouvions pas rater. Le vieux monsieur qui l’habite est très gentil. Trop gentil. Il rentre dans la chambre sans frapper pour nous poser des questions, nous donner des informations sur les bus à prendre pour rejoindre le centre ville de Munich (ne surtout pas se changer dans la chambre : check), nous raconter une anecdote sur la ville ou juste parce qu’il s’ennuie. Nous n’avons pas de couverture mais une sorte de dessus de lit pour dormir, et la salle de bain est sale, très sale (alarme Mongolie activée, je ne prendrai pas de douches, je préfère puer que de poser mes mignons p’tits pieds sur ce tapis de bain ou dans ce bain plein de saletés…). 

Au final, on en a beaucoup rigolé, et on est surtout partis très très vite en direction de Munich pour fêter le réveillon ! 

Après un trajet de bus assez rapide, nous prenons le train pour rejoindre la ville. Le bruit des pétards nous indique que nous nous dirigeons dans la bonne direction.

Nous bénéficions encore des décorations de Noël et Munich de nuit toute illuminée est magnifique ! La ville est à taille humaine, nous nous promenons de la Karlsplatz jusqu’au Marienplatz avec son fameux Hotel de ville où l’ambiance est à son comble.

Après nous êtres promenés dans les rues les plus touristiques, nous ne traînons pas trop pour nous trouver une adresse sympa pour le festin de Nouvel an ! 

Les premiers restaurants que nous croisons sont soit blindés, soit ils ne prennent pas de touristes qui n’ont pas eu le bon sens de réserver pour l’occasion, ou bien on nous propose des repas pour la modique somme de 150 euros par personne (le hard rock café qui propose des burgers…. Sérieux ? J’espère qu’il y a des diamants incrustés tout autour…) 

Nous continuons de vadrouiller au hasard des rues et trouvons assez miraculeusement un lieu qui n’est pas hors de prix, est bien décoré et chaleureux et surtout ne prend pas de réservations donc accueille des sans restaurant fixes comme nous qui se pointent à l’arrache.

Nous mangeons et buvons bien, la vie est belle pour préparer notre année 2019 dans de bonnes conditions… 

 

Munich

 

Munich

 

baviere en hiver

 

En sortant du restaurant, après avoir refait un tour au milieu des jolis monuments de Munich sous la pluie de feux d’artifice, nous décidons de trouver un bar sympa ou boire un autre coup en attendant minuit ! 

Nous trouvons un bar dans une ruelle un peu moins animée. D’extérieur, on devine à peine qu’un bar se cache derrière, et à l’intérieur, il est trop chouette ! On se retrouve dans un bar ambiance jazz… Un pianiste s’en donne à cœur joie, et le mélange de style des clients est très agréable à regarder. D’un côté des jeunes tatoués un peu grunge qui passent la soirée joyeusement, d’un autre un vieux couple habillé dandy des années 30 qui écoutent s’envoler les notes de piano tranquillement. J’ai l’impression d’être dans le film Midnight in Paris et d’avoir été propulsée dans un autre temps !

Le compte a rebours commence… 2019 pointe le bout de son nez, et balaie en une fraction de seconde l’année précédente. Bonne année !

Nous nous embrassons tous les 3, avec la promesse d’une année forte en émotions. On ne sait jamais vraiment ce qui nous attend, mais à ce moment précis, chaque année, nous faisons le vœux de passer des moments remplis de joie et de bonheur avec les gens qu’on aime. Y a plus qu’à… De toutes les Bavières, c’est l’hiver que je préfère.

Le lendemain, nous décidons de retourner à Munich de jour, et de nous attarder davantage sur ses bâtiments !

La place centrale Marienplatz abrite l’hôtel de ville néogothique construit au début du 20ème siècle, célèbre pour son Glockenspiel (instrument de musique à percussion composé de lames en métal (attention, ça va trancher). Mais ce n’est pas tout, chaque jour entre 11h et midi, des automates à taille réelle (il compte 32 pièces) s’animent et jouent des scènes qui retracent l’histoire de la ville de Munich. Une partie raconte par exemple le mariage du prince héritier Guillaume de Bavière avec Renée de Lorraine en 1568. Restauré en 2007, le carillon marche maintenant à l’énergie solaire.

 

Munich

 

Nous avons aussi admiré les dômes verts de la cathédrale Notre-Dame (Frauenkirche) version Bavaroise.

 

Munich

 

Nous sommes tombés korne à korne avec une bête féroce trônant devant La Feldherrnhalle : c’est une loggia située sur l’Odeonsplatz

 

baviere en hiver

 

Munich baviere en hiver

 

Où manger à Munich


Zum Stiftl – Mein Wirtshaus
Cuisine traditionnelle dans une ambiance moderne, un service de qualité. Grande capacité d’accueil

Où boire un verre à Munich


Pusser bar
Un bar avec une grande carte de cocktails et de whisky. Au sous sol, un pianiste joue des airs de jazz.

Où prendre un petit déjeuner à Munich


Zum Spöckmeier
Une adresse où manger des Bretzel, des saucisses et autres festivités.

La Bavière en hiver a tenu toutes ses promesses et nous a permis de vivre notre conte de fées au milieu de terres où poussent décidément beaucoup de châteaux au milieu des lacs, de montagnes et de sapins.

 

 

Infos pratiques sur la Bavière en hiver


Accès de Paris vers Munich

En avion : 1h40, vol direct
En train : 5h30, trajet direct
En voiture : 8h
En bus : 12h45
En bouée Lykorne : en test

Une fois à Munich, vous pouvez rayonner facilement tout autour. Comptez environ 1h30 pour vous rendre au château de Neuschwanstein ou jusqu’au lac Eibsee

Quand partir en Bavière

Les guides préconisent de partir de juin à septembre pour avoir les meilleurs conditions météorologiques, de mars à mai ou en octobre pour avoir moins de touristes… Si je peux vous donner un conseil de Lykorne futée, sachez que je ne pars jamais quand c’est indiqué. Les tarifs sont bien moins chers hors saison, et il y a peu de monde. Il suffit de rajouter une couche de vêtements et hop, c’est parti ! La Bavière en hiver vaut largement le détour, quelle que soit la saison…

Budget pour un séjour en Bavière

Le coût de la vie est un peu plus élevé qu’en France.

Comptez 70 à 90 euros pour une chambre pour 2 dans un hôtel ou en auberge, entre 15 et 35 euros pour un plat dans un restaurant. J’ai payé seulement 250 euros pour 2 l’aller/retour en avion, 170 euros une location de voiture pour 4 jours. Ce sont les tarifs rencontrés pour aller en Bavière en hiver, ce doit être plus cher en Haute saison.

Devise

Tout est en Euro

En savoir plus sur la Bavière

Cet article touche à sa fin ! Si vous souhaitez découvrir d’autres itinéraires et articles de blog sur la Bavière, je vous conseille :

  • De vous ruer sur le blog de la talentueuse Itinera magica pour découvrir les incontournables de la Bavière !
  • De découvrir un itinéraire complet avec des anecdotes à la clé sur le superbe blog Kikimag Travel
  • De trouver toutes les infos pratiques et un très beau reportage photos du côté des Trotteurs Addicts