Menu
GUIDES / ISLANDE / VOYAGES GLACES

Les aurores boréales pour les nuls : mon guide d’observation

aurores boréales pour les nuls

C’était un rêve de petite Lykorne de partir chasser, par une longue et froide nuit d’hiver, les aurores boréales. Et c’est pour le réaliser que je suis partie en Islande pour la première fois il y a 5 ans, un viking sous le bras.

J’avais fait des tas de nuits blanches (à défaut d’être vertes), juste en essayant d’imaginer ce que l’on pouvait bien ressentir devant ce phénomène surréaliste.

J’ai embrassé ce doux rêve plusieurs fois. Et à chaque fois, le spectacle a été unique, magique, surnaturel, incroyable. Je peine toujours aujourd’hui à trouver les mots pour décrire ce que j’ai vu. J’ai beau avoir observé des petites aurores boréales, des grandes, des vertes, des roses et des pas mûres, c’est comme si tout cela était trop fou pour être réel. Ça reste impalpable. C’est une obsession après laquelle je cours encore, et après laquelle je continuerai de courir, jusqu’à ce que je me résolve à comprendre que ce n’était pas un rêve. Quelque chose me dit que ce jour n’est pas prêt d’arriver…

En attendant de me remettre en chasse, voici un petit guide d’observation des aurores boréales pour les nuls (ou plutôt par une nulle) à l’attention de ceux qui rêvent d’apercevoir un jour des lumières vertes traverser le ciel polaire.

Islande Myvatn volcans neige aurore

Comment se forment les aurores boréales ?

Lors de grosses éruptions solaires, les particules éjectées par le soleil partent en direction de la terre : les pôles magnétiques vont alors faire bouclier, mais il arrive régulièrement que quelques chenapans arrivent à se frayer un chemin jusqu’à nous. Lorsque les particules entrent en collision avec les atomes de la haute atmosphère, ils deviennent alors intenables et libèrent de la lumière. Ce sont ces lumières même que nous appelons aurores boréales, ou aurores polaires (il existe d’ailleurs les aurores australes au sud). La couleur varie en fonction de l’altitude de la rencontre électrons/atomes, qui génèrera une longueur d’onde différente !

phare neige nuit aurore boréale étoiles Norvège
aurores boréales Norvège northern lights nuit étoiles

Mais où diantre partir pour voir des aurores boréales ?

Si vous partez en Laponie, vous aurez de bonnes chances de voir des aurores boréales. En effet, que ce soit au nord de la Finlande, de la Norvège, de la Suède, ou même de la Russie, une fois que vous êtes au dessus du cercle polaire arctique, vous vous rapprochez des pôles magnétiques et c’est magique (oui, je fais des rimes en « ique »).
L’Islande est un spot prisé des touristes pour chasser les aurores boréales également, avec des vols directs de 3h30 seulement depuis la France, alors même s’il y a moins de nuits d’aurores qu’en Laponie (bah oui, c’est situé un peu plus bas tout de même), ça reste très tentant (j’ai d’ailleurs tenté ma chance plusieurs fois, et je ne l’ai pas regretté) !
Si vous souhaitez aller plus au nord une fois en Islande et que vous êtes un peu fous, pourquoi ne pas pousser jusqu’au Groenland (oui, je dis ça parce-que je l’ai fait, c’était dingue, mon article ici :D) ?
Enfin, vous pouvez en voir également en Alaska et au nord du Canada !

Aurores boréales cabane Norvège hiver neige

A quelle période puis-je espérer observer des aurores boréales ?

Dans un monde idéal, la plupart des sites recommandent de partir entre le mois d’octobre et le mois de mars : en principe, plus les journées sont courtes, plus vous maximisez vos chances de voir des aurores boréales, ça fait sens.

Après, faites vos choix : octobre est propice pour l’observation d’aurores mais les paysages ne seront pas forcément enneigés, en décembre il seront bel et bien sous la neige mais aussi sous la nuit polaire, du moins pour la Laponie… Bref, si vous faites vos difficiles, que vous voulez des aurores, de la neige et de la nuit mais pas trop non plus, les mois de février et mars paraissent tout indiqués. Mais attention tout de même, en février-mars en Islande, c’est assez venteux et la conduite est plus périlleuse avec la neige. Un autre paramètre aussi, l’activité solaire est la plus importante aux équinoxes, donc en septembre et en mars. Si vous m’avez suivie, le mois de septembre n’est pas dans les plus favorables parce-que les journées sont encore longues, mais il y fait plus doux aussi donc à vous de voir… Après, ce n’est pas à moi de faire tout le boulot krotte de lykorne, je vous laisse faire quelques calculs savants et décider de quand vous avez le plus de probabilité de voir des aurores avec un enneigement acceptable pour vous, tout ça, tout ça…

Islande volcans neige lac Myvatn aurore boréale
Islande volcans nuit étoiles aurores boréales

Comment voir des aurores boréales ?

Oui, ma question paraît très naïve comme ça, je vous vois, vous rigolez, bande de petits impertinents (je n’aime pas trop ça), et pourtant, si vous saviez… Et pourtant… Alors pour vous éviter quelques chasses infructueuses, je vais vous dispenser quelques conseils pour les nuls, histoire de vous faire gagner du temps.

Et les marmottes, elles mettent les aurores boréales dans le papier alu.

Voir des aurores boréales en 5 étapes

1- Veillez à ce qu’il n’y ait pas ou peu de pollution lumineuse

Préférez des coins paumés avec une cabane et des rennes à la ronde plutôt qu’une bourgade, un village, ou pire, une capitale. Les lumières sont les ennemis à abattre. Si vous avez trop d’éclairages, vous verrez des vieilles traces d’horreurs boréales, vous reviendrez aigris et direz à tous vos amis que « les aurores, on en fait tout un foin, mais au fond, on n’y voit rien »…

Norvège lumières nuit aurores
Aurores illuminées… Aurores quand-même… Mais bon, c’est mieux sans lumières tête de mule !
aurore boréale verte nuit montagne mer Norvège

2- Evitez de sortir les soirs de pleine lune ou vous vous transformerez en loup garou…

Ça va dans le même sens mais on n’y pense pas forcément, évitez les soirées de pleine lune, ça vous illumine toute une partie du ciel et on revient au point 1 : trop de lumière, vous êtes éblouis, on ne voit rien et on pleurniche.
Quand je réserve des vacances boréales (oui, j’ai décidé d’appeler ça comme ça), je le fais un calendrier lunaire à la main. On me prend pour une folle, mais il y a un moment où on choisit son camp, on est une vraie et on veut coûte que coûte voir ses aurores boréales ou pas.

3- Guettez la météo, si c’est couvert pas de machins verts

On imagine que vous êtes donc dans un coin perdu, sans pollution lumineuse et de surcroît par une nuit de nouvelle lune. Super petits Padawan, c’est un bon début, mais il y a quand même un menu détail à vérifier avant d’enfiler vos moufles et de sortir vos chaussettes de Merinos. Oui, je vous le donne en 1000, on guette de près la météo avant de sortir. S’il y a des nuages, ou qu’il pleut, ou qu’il neige, bref que vous ne voyez pas le ciel… On fait dodo et on retente sa chance le lendemain. Ne vous fiez pas à 300% à la météo non plus, accessoirement, regarder le ciel, ça marche aussi ^^ : Mes premières aurores boréales sont apparues un soir où il devait faire moche toute la nuit. Si je n’avais pas guetté toutes les heures, je ne les aurais pas vues.

4- Aidez-vous des applis pour connaître l’activité solaire

Vous pouvez aussi vous entourer de chouettes applis comme Aurora (pour télécharger l’appli, c’est par ici !) qui font une partie du travail pour vous. Elle vous disent heure par heure quel est le pourcentage de couche nuageuse selon votre point de localisation, et votre pourcentage de chance d’en voir. Mais surtout, elles seront capables de vous dire quelle sera l’activité solaire (mesurée en kp d’épée) et donc d’appréhender la puissance du spectacle que vous allez potentiellement voir la nuit.

Si vous partez en Islande, je conseille également d’aller guetter l’activité solaire sur ce site, c’est très bien fait.

Si le kp est en dessous de 2, vous ne verrez pas grand chose, ou du moins votre appareil photo discernera les couleurs mieux que vous. Vous apercevrez des sortes de nuages blancs filaires, ni plus ni moins. Les rageux qui sont revenus de voyage en vous disant que les aurores boréales, c’était nul à voir, c’est ceux-là mêmes qui ont vu des gazouillis d’aurores boréalounettes et qui ne savent pas que le spectacle peut-être ô combien plus magique.

nuit étoiles Islande montagne neige

Au dessus de 3, ça commence à être plutôt impressionnant, les nuances de vert sont plus soutenues, on peut voir des ondes bouger, se déformer et des couleurs traverser les aurores.

Senja phare neige étoiles aurore boréale

Et au dessus de 4 ou 5, pour en avoir vues, c’est de la pure folie : les aurores se sont formées petit à petit, se sont étirées, puis étendues jusqu’à faire des rayons immenses qui descendaient presque jusqu’à nous. Elles ont commencé à danser, des ondes roses et violettes ont traversé les filaments verts. Mieux qu’une soirée sous acide. Une fois que vous avez vu ce genre de spectacle, c’est fichu, vous aurez des troubles obsessionnels aurorus boréaléliques à vie et ce n’est pas beau à voir. Vous ouvrirez un blog qui parle de Lykornes et de chasse aux lumières vertes et j’en passe…

aurores polaires Norvège du Nord

5- Bougez, chantez, dansez !

Il faut bouger pour maximiser vos chances de voir des aurores boréales. Si vous regardez le ciel dégagé vers la mer, rien ne dit par exemple, qu’elles ne sont pas derrière les montagnes dos à vous ou quelque part un peu plus loin. Vous vous souvenez d’une publicité avec un couple qui se prend en photo sur la plage, et derrière eux, il y a toute une bande de baleines, de dauphins et d’orques qui font la fiesta. Bah mes premiers pas d’aurores boréales, je pense que c’était à peu près ça (oui, j’en rajoute un tout petit peu quand même). Nos hôtes nous ont demandé si on avait vu les maaaagniiiifiiiiiques aurooooores le lendemain matin (ils ont eu de la veine que je leur laisse la vie sauve, j’ai dérapé pour moins que ça). Bah non. On ne regardait pas au bon endroit.

À savoir

En Laponie, les aurores boréales apparaissent généralement entre 19h et minuit en hiver, alors qu’en Islande, le spectacle commence plutôt à partir de 22 à 23h. Une histoire de flux ou des trucs que je n’ai pas bien bien compris (oui, ça s’appelle les aurores boréales pour les nuls et c’est dispensé par une Lykorne illettrée, pas la revue scientifique d’une Lykorne très lettrée). Bien sûr, ceci n’est qu’une tendance, nous avons par exemple vu des aurores boréales à 21h en Islande et une fois à partir de minuit en Norvège du Nord.

Certaines personnes ne voient pas les aurores en couleurs, une histoire de cônes (au chocolat, mes préférés) je crois, mais on m’a expliqué ça en anglais alors je ne vais pas développer. Ça concerne une infime minorité de gens, vous saurez si vous en faites partie en les découvrant pour la première fois. Enfin, basez-vous sur une nuit d’aurores boréales avec une belle activité, parce-qu’avec un kp de 2 ou moins, si vous les voyez blanches ou vert délavé, c’est normal…

Le spectacle peut durer de quelques secondes jusqu’à plusieurs heures. Elles peuvent disparaître pour réapparaître ailleurs.

Votre capteur photo est plus sensible à la couleur verte des aurores boréales que vous : lorsqu’elles sont à un kp de 3 ou plus, les couleurs des aurores sont spectaculaires même pour l’oeil, et c’est d’autant plus magique de les voir bouger et danser <3 <3, mais sur vos photos elles apparaîtront très très flashy ! Lorsque l’activité est très basse ou que le spectacle commence doucettement, il m’est déjà arrivé de guetter des débuts d’aurores en me servant de mon appareil photo !

La chasse aux aurores boréales est devenue un fond de commerce, mais n’oubliez pas, vous n’avez aucunement besoin de passer par une agence pour avoir la chance de croiser leur chemin !

Norvège aurores boréales phare nuit étoiles Senja

De quel matériel photo ai-je besoin pour chasser les aurores polaires ?

Pour pouvoir immortaliser les aurores boréales, il vous faudra :

  • un appareil qui fasse de la pose longue
  • un trépied
  • une commande à distance ou un retardateur (pour ne pas bouger au clic)
  • une lampe torche si vous voulez faire des effets de style ou pour faire vos réglages dans le noir
  • des gants (élémentaire)
  • de la patience
  • j’ai dit… De la patience !

Le matériel est important : j’ai vu des touristes essayer de photographier des aurores avec une tablette. Un conseil, n’essayez même pas. Et un autre conseil : le trépied si vous êtes dans un bateau, ça ne marche pas très bien, surtout si la mer est agitée !

Et quels réglages photos ?

Tout d’abord, installez votre appareil photo sur un trépied. C’est ce que je fais maintenant, mais au départ, j’ai usé de nombreux systèmes D, j’ai essayé de stabiliser mon appareil en utilisant le capot d’une voiture, une rambarde, un rocher, l’épaule de mon Viking en lui demandant d’arrêter de respirer (je vous déconseille fermement cette dernière astuce, ça n’a pas très très bien marché…)

Ensuite, optez plutôt pour un objectif grand angle et qui aura une ouverture de diaphragme la plus grande possible (1,8 ou 2,8, c’est l’idéal). Le but c’est de faire rentrer un maximum de lumière dans l’appareil, quand il n’y en a pas.

Pour avoir un rendu satisfaisant, il faudra faire vos réglages manuellement :

  • En fonction de la composition et de votre cadrage, faites une mise au point à l’infini, ou sur votre premier plan.
  • Montez en ISO en fonction des capacités de votre appareil pour retrouver un peu de lumière sans pour autant avoir trop de bruit…
  • En fonction de vos possibilités d’ISO et de l’ouverture de diaphragme dont vous disposez faites une pose plus ou moins longue pour obtenir l’exposition souhaitée. Cela dépend aussi de l’activité, des ondes… Si vous souhaitez retrouver du mouvement, visualiser les ondes, ne mettez pas des temps d’exposition trop longs où vous ne verrez qu’un voile vert.
  • Mettez la balance des blancs sur « fluorescent » ou « tungstène » pour avoir un bleu nuit profond qui ne vire pas au jaune.
Islande cabane neige aurores boréales

N’hésitez pas à être inventifs en termes de composition, de jouer avec des reflets dans un lac, la mer, avec les montagnes etc.

Vous avez tout en moufles pour partir à votre tour à l’assaut des aurores boréales. Parfois elles sont capricieuses, vous ne les verrez peut-être pas lors de votre premier voyage polaire (tout comme nous). Ne vous découragez pas. Elles sont imprévisibles, c’est justement ce qui fait la beauté du spectacle !

Pour aller plus loin


Si vous voulez un peu plus de neige et d’aurores boréales, venez donc découvrir mon article sur la Norvège du Nord ici ou celui sur l’Islande du Nord par !

Et pour découvrir tous mes articles un peu givrés vous aurez le sommaire de toutes les destinations gelées dans ma rubrique « voyages glacés » !

Made with love <3 <3 <3….

No Comments

    Leave a Reply