Lorsque j’ai dit autour de moi que je partais une semaine aux Îles Féroé… On m’a demandé «c’est où», ou encore «pourquoi ?»…

Les Îles Féroé (Foroyar en Feroïen), ou plutôt les Îles Far away, sont vraiment loin, quelque part dans l’océan Atlantique entre l’Islande et le Royaume-Uni ! Oui, c’est un tout petit point sur la carte (certains ignorent même jusqu’à son existence), il est facile de passer à côté… Et pourtant derrière ce petit point, se cachent des merveilles que je m’apprête à vous dévoiler !

 

 

Les Îles Féroé en chiffres


Les Îles Féroé comptent seulement près de 50 000 habitants, pour environ 80 000 moutons !

L’archipel se compose de 18 îles, pour une superficie de 1393 km2.

Le réseau routier fait 960 kilomètres de long.

Le point culminant des Îles Féroé est le Slættaratindur avec 882 m d’altitude.

À vol d’oiseau, les Îles Féroé se situent à environ 700 km de l’Islande et de l’Ecosse, et à 1 562 km de la France.

 

//

Une semaine aux Îles Féroé

 

C’est une Alex et future coéquipière de choc qui vient me chercher à l’aéroport de Vágar pour une semaine de folie aux Iles Féroé, alors que je suis encore déboussolée par l’atterrissage dans la tempête et la brume… Première claque dans ma figure, je n’ai rien vu de l’atterrissage tellement tout était dans le brouillard, et au sol, il pleut ! Mais maintenant que j’ai les deux pieds sur la terre ferme, je ne peux pas m’empêcher de sourire… Ça hume bon l’aventure !

Alex est arrivée la veille, et elle a déjà bien vadrouillé ! Elle me propose les spots les plus sympas pour me mettre directement dans l’ambiance Viking des îles Féroé !!! Hourrah !

 

//

cascade Múlafossur  (mules ou chaussures ?)

 

Si tu aimes jouer à cache cache alors tu vas adorer cette cascade, parce qu’en t’y rendant… Peut-être bien que tu la verras, mais peut-être aussi que tu ne la verras pas !

Peut-être que tu ne distingueras rien après tes pieds à part le brouillard ! Ca fait partie du jeu, et il faut être bon perdant de temps en temps ! Il faut toujours profiter de l’instant en sachant que le décor peut disparaître tout à coup dans une bourrasque infinie…. Mais le moment où ça se découvrira, et bien là, peut-être qu’il y aura une magnifique cascade devant toi, un joli village qui se dessine au dessus, et des moutons tout autour. Et que tu ne regretteras pas d’avoir attendu un peu.

 

 

Ça y est, tope là, je suis dans le mood Îles Féroé, j’ai les cheveux plaqués dans mon bonnet, de la bruine en rafale sur mon visage, mes chaussures qui baignent dans la bouillasse, mon écharpe jusqu’au menton, mon ciré jaune par dessus deux pulls, nous sommes au mois d’août…

Et là tu as envie de me dire : mais t’es bien mignonne Lykorne de mes deux tantes Acule, mais euh tu vois, deux maillots dans une valise, trois robes, une paire de tongs et hop t’étais à la plage quoi…. Mais pourquoii, pourquoiiiiiii, nom d’une biquette sans korne ????

Je pourrai dire que j’aime me cailler les miches, et pourtant ce n’est pas la vérité… Que j’aime sortir mes vieux pull plutôt que mes robes d’été… Ce n’est pas vrai non plus. Je crois que j’aime les défis, les paysages qui ne sont pas faciles à obtenir, la météo capricieuse qui donne encore plus de force et de fougue à un paysage… Les falaises escarpées qui donnent le vertige, les nuage noirs, les vallées verdoyantes, les collines, les moutons (deux fois plus nombreux que les habitants sur l’île…) et cette herbe verte à perte de vue… Des paysages rudes, abruptes, qui se méritent… il faut se battre contre le vent, la brume, braver les éléments et aller au delà de soi même pour saisir l’immensité des courbes et des lignes qui se dessinent… Le goût de l’effort joue un rôle important dans le sentiment de récompense au moment où les reliefs, sous la pluie, avec une bonne rafale dans ta gueule et des nuages d’un noir « plus noir que dans le cul d’un taureau par une nuit sans lune » (The big Lebowski) dépassent même tes espérances.. J’aime la tristesse mélancolique et l’insolente beauté de ces paysages qui n’ont pas le succès qu’ils méritent ! Car ils suscitent peu d’intérêt ! Et je l’ai vu au nombre de touristes (oui le touristomètre, à ne pas confondre avec le touristamètre, moins sympathique)… Et en fait, malgré tout, ça me fait plaisir ! Les Lykornes aiment bien être seules au monde, ce sont de grosses égoïstes…

Bref la cascade est sublime, mais pas seulement… La route pour s’y rendre est magnifique également ! D’ailleurs, il y a une petite fleur sur les panneaux de temps à autre… Ça veut dire que ces routes sont particulièrement belles, donc à emprunter de toute urgence évidemment !

 

week-end-iles-feroe

week-end-iles-feroe

 

A noter : Préparez vous à vous arrêter beaucoup de fois avant d’arriver à chaque point de chute. Ça fait partie du road trip : il y a tellement de vues dont on peut s’émerveiller sur les trajets… Lorsque vous calculez le temps de vadrouille d’un point A à un point B, vous pouvez donc rajouter généreusement une heure (encore un fabuleux conseil de Lykorne futée).

//

Trøllkonufingur (Troll dans ta figure)

 

Après nous être arrêtées moultes fois sur la route, nous voilà donc à l’opposé de l’île de Vágar, vers Sandavágur, pour voir je crois des doigts de sorcières si j’en crois le nom qui lui a été donné « Witch’s Finger »… Je dis je crois, ça peut paraître bizarre, mais c’est parce que ça fait partie des choses que je n’ai pas vues, la faute au brouillard qui nappait le tout (je crois que je me suis pris le doigt du troll dans la figure justement)… Alex a tout de même eu la gentillesse de m’expliquer ce que j’aurais dû voir, je n’avais pas l’image, mais j’ai eu le son (là vous me direz, si c’est juste pour avoir le son, je peux faire la visite des Féroé depuis mon canapé : je vous répondrai bien évidemment que non, c’était quand même beau le brouillard, c’était toute une ambiance. Je comprends qu’il y ait des gens que ça ne fasse pas rêver ! Mais va jusqu’au bout de l’article, je te mets au défi d’y résister !) ! Alex, désireuse de m’accueillir au mieux, a même mimé la scène : et moi je voyais ça…

 

week-end-iles-feroe

 

On mangera des pâtes dans notre air bnb pour notre premier soir aux Îles Féroé, les tarifs sont quand même assez chers globalement, on ne veut surtout pas exploser le budget… Et il n’y a de toutes façons quasiment pas de restaurants dans cette partie de l’archipel, juste une pizzeria et le restaurant de l’aéroport…

Où dormir à Vágar ?

Giljanes Hostel
Miðvágur

La meilleure adresse et pourtant je ne suis pas très auberges de jeunesses et dortoirs habituellement... Les tarifs sont plus que corrects (env 30 euros la nuit en dortoir 4 lits), vous avez le choix entre des chambres doubles, simples, tentes, van, dortoirs. La salle commune est très grande et agréable, l'auberge de jeunesse est propre, et c'est bien placé, le bus passe juste à côté. Je recommande, surtout pour les petits budgets, les tarifs grimpent vite en hôtellerie sur les Îles Féroé !

Kristjanshavn
Miðvágur

Une adresse sympa, chambres doubles et nuits en van possible sur un petit port calme et mignon ! Une expérience marrante (nous avons pris le van pour environ 50 euros la nuit)...

ÁarLon, Faroe Islands
Miðvágur

Pour environ 40 euros la nuit en chambre simple, ou 70 euros en double, voilà une adresse sympa, surtout pour la gentillesse de notre hôte qui a pris le temps de nous montrer sur la carte les choses à voir aux Îles Féroé ! Il nous a presque fait le programme de la semaine, ou même des mois à venir, y avait du stylo partout, des ronds, des flèches, des sites web surlignés :)...

//

Gjógv

 

Après une première bonne nuit Féringienne, nous sommes pimpantes et sur le pied de guerre pour partir découvrir Gjógv (prononcez gaufres… Non en vrai, j’en sais rien), il y a même un petit cœur sur ma carte tellement ça a l’air mignon en photo !

 

Évidemment, nous n’irons pas d’un coup d’un seul, puisque les arrêts «wahouuuuu c’est trop beau» se multiplieront tout au long du trajet… Ça commencera pas un détour en suivant tout bêtement un rayon de soleil : Il n’y en n’a pas tant que ça, et on ne sait jamais si ça va durer, alors forcément, quand un petit rayon se pointe, on va à sa rencontre, et ça donne ça ! Vous n’avez pas le son avec Alex qui chante à tue tête des tubes à la gloire du soleil !

 

week-end-iles-feroe

 

Ensuite, on s’arrête pour prendre beaucoup de routes en photos (et beaucoup de photos en route) : des routes avec vue sur le fjord, sur les moutons, sur un petit village et son église, tout est craquant !

 

week-end-iles-feroe

 

Nous traversons un morceau d’île streymoy (c’est très moi) et allons jusqu’à Eysturoy (es-tu roi ?) pour remonter des routes de toute beauté ! Puis tout à coup, j’aperçois un village magnifique, au creux d’une vallée, avec des falaises derrière ! Et c’est juste dingue ! Le temps est mouvementé, le peu de lumière qui perce donne un ton grave à la scène, c’est magique : et là vous me direz, «oui bah si c’est pour avoir du mauvais temps franchement», alors comme j’en ai marre que tu te rebelles sans cesse, je mets quelques photos pour te calmer tout net !

 

week-end-iles-feroe

 

Alors ?

Je gambade sur les falaises de Gjógv la crinière au vent, admire les bateaux…. Alerte, alerte, voici mon premier gros coup de cœur du séjour ! C’est beau, cette vue sur le port vu des escaliers, entre deux falaises, le village derrière moi, la mer tout en bas avec deux jolies barques… Cette vue restera gravée . Le contraste entre le vert et les notes désaturées, la forme des falaises qui se font face dans toute leur majesté… Nous nous promenons dessus, multiplions les points de vue sublimes…

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

A noter : Il y a souvent des toilettes à chaque point d’intérêt, et ils sont d’une propreté nordique (oui, c’est un point commun entre l’Islande, le Groenland et la Norvège aussi)….

Le village est vraiment très joli, se perdre entre les maisons, imaginer la vie des Feringiens entre la mer et les montagnes, tout près des falaises, c’est chouette.

Ensuite nous décidons de revenir progressivement vers notre air bnb du jour, mais en passant par une route à fleur. Je le répète, même sans but précis, je vous conseille de faire toutes les routes à fleurs des Iles Féroé, elles sont toujours magnifiques et promettent des panoramas sublissimes !!!

Nous nous arrêtons devant des cascades, des moutons, des routes….

 

week-end-iles-feroe

 

Le soir, en arrivant dans notre air bnb sur l’Île d’Eysturoy, notre hôte nous conseille le restaurant Muntra (à Fuglafjørður), une très bonne adresse que nous décidons de tester le soir même ! Autant vous dire que nous n’avons pas regretté, dans mon cœur de Lykorne, il y a un fishburger qui bat depuis…

Où dormir sur l'Île d'Eysturoy

Undir Tyrli 3 - double room in beautiful Gøta
Norðragøta

Une superbe adresse, un accueil très agréable, des pièces communes confortables, des sanitaires propres et une situation géographique assez centrale qui permet d'aller vers le nord de l'Île plus facilement que de Vágar ! Le tout pour un tarif correct !

Où manger sur l'Île d'Eysturoy

Restaurant Muntra
Karvatoftir, Fuglafjørður, Îles Féroé

De délicieuses soupes de poissons, des burgers, des plats typiques (fishburger et soup pour 85 KR, d’autres plats entre 85 et 250 KR). Service impeccable, les serveurs sont d’une grande gentillesse, les prix plus que corrects !

 

 

//

Kallur lighthouse (il a de l’allure)

 

Le lendemain, une grande et belle journée nous attend : déjà parce que le soleil brille, et Alex semble revivre à vue d’œil ! Aujourd’hui donc, nous prenons le ferry sur le port de Hvalvik (jvavite) pour découvrir l’Île de Kalsoy ! Nous en avons pour 200 kr aller retour (avec la voiture posée dessus), la traversée dure une vingtaine de minutes, et ensuite nous atteignons le départ de la randonnée de Kallur lighthouse à partir de Trøllanes (là je te mâche le travail, t’as vraiment toutes les infos pratiques disséminées l’air de rien, alors je ne veux pas dire mais tu n’as vraiment plus d’excuses pour ne pas y aller !)!

Évidemment (ça deviendrait presque lassant), les routes sont toujours et encore jolies alors on s’arrête devant une mignonne petite église et des moutons !

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

Puis nous commençons notre randonnée ! Nous gagnons de la hauteur, avec une sublime vue sur la mer et quelques îlots d’un côté, et du vert, des moutons et des oies de l’autre.

 

week-end-iles-feroe

 

Il n’y a pas d’arbres aux Îles Féroé en raison des fortes rarales de vent qui balaient l’île assez régulièrement (ce qui en soi n’est pas un énorme problème puisque je doute que les Féringiens cherchent des endroits pour se mettre à l’ombre très souvent mouahahah), et très peu de végétation, puisque les moutons broutent tout sur leur passage… Puis tout à coup, après une bonne demi heure de marche, nous apercevons enfin notre phare !! Rayé rouge et blanc, il donne la petite touche de couleur parfaite au paysage (ça et mon ciré jaune, ça va jeter du pâté de crabe).

 

 

Derrière une falaise s’élance (s’étire) joyeusement vers le ciel (je dis ça parce qu’il fait beau, sinon, j’aurais dit tristement)! Autour du phare, plusieurs ateliers pour l’immortaliser sous tous les angles, de la crête, ou de la falaise ! Je décide d’aller d’abord vers la falaise, même si le chemin se rétrécit et que ça me donne un peu le vertige ! J’aime pas trop quand il y a le vide de chaque côté, arghhhh ! Mais bon, en soi, ce n’est pas difficile alors arrête de faire ta chochote, nom d’une Lykorne en sucre… Je parviens de façon un peu empotée de l’autre côté, mais j’y parviens quand même !! On quadrille le terrain et on immortalise la scène un bon paquet de fois, puis allons sur la crête ! Un deuxième gros coup de cœur pour cette balade, je dirai que c’est un incontournable (et nous l’avons beaucoup contourné, ce petit phare) !

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

//

Mikladalur

 

Rassasiées visuellement, nous redescendons jusqu’au village de Mikladalur (nikballadur… Rooooo). En plus d’être mignon, il abrite la statue de la femme phoque (bibibibibibibiphoque… De l’Antarctique, le roi des phoques).

 

La légende nordique de la femme phoque, la selkie (Kópakonan)


Ces créatures imaginaires sont de jolies femmes vêtues de peaux de phoques. Elles vivent dans la mer, mais chaque nuit, à la lueur de la lune, elles sortent faire la nuba sur terre, enlèvent leur peau de phoque comme si de rien n’était, et repartent à l’océan ni vues ni connues dès les premiers rayons de soleil… Seulement un homme tombe amoureux d’une selkie (bah voilà, toujours les mêmes qui foutent le bordel), et décide de lui cacher sa peau de phoque afin qu’elle reste sur terre (il a dû trouver pourtant que son idée était lumineuse… Mais pas de peau (de phoque), ça ne se termine jamais bien ! Madame et lui ont des enfants, mais elle finit par retrouver sa peau de phoque et retourner à ses premiers amours… La mer ! Dans la légende Feroïenne, la fin est encore plus sombre… En gros, il y a du feu, du sang, des hommes qui sautent des falaises… Bref, je vous passe les détails !

J’ai fait promettre à mon ours viking de ne plus me cacher ma Korne, que je puisse rejoindre de temps en temps les arc-en-ciels !!

La statue est magnifique, sur les rochers et dos à l’océan,  les reliefs sont très bien travaillés et la pierre tirant vers le vert est superbe ! À côté, il y a une jolie cascade !

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

Le village était également très mignon, avec des toits typiques en herbe (oui ça pousse partout, même sur les toits…) et une église en bois dans laquelle nous avons pu rentrer !!! D’ailleurs je me demande comment ils ont du bois sans avoir un seul arbre dans les alentours… La pierre aurait été plus facile à trouver ! La voûte ressemble à la coque d’un bateau renversée, les couleurs blanches, bleues claires et dorées sont très lumineuses. Elles ressemblent aux églises que l’on a vues en Islande et au Groenland ! Très différentes de nos églises très hautes, en roche et dans lesquelles il fait plus froid !

 

week-end-iles-feroe

 

Après avoir savouré ces belles découvertes sur l’Île de Kalsoy, nous décidons de rejoindre de nouveau l’Île de Borðoy et continuer vers Viðoy (on s’y perdoy un poy dans les noms d’îles…) pour nous promener à Viðareiði !

A noter : Attention à l’heure de retour des ferries, il n’y a que 14 places pour des voitures et si toutes les voitures décident de rentrer en même temps, bah ça ne se passe pas très bien chef… Je dis ça parce qu’on a bien failli se faire piéger, par un doux miracle, nous avons pu embarquer, mais d’autres gens derrière nous ont dû attendre 1h40 avant d’avoir le prochain !

 

//

Viðareiði (vis ma vie de radis)

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

Village septentrionale calme, agréable, paisible… Il fait bon s’y promener, découvrir sa belle église, et son cimetière vue sur la mer !

 

//

Múli

 

Un bel arrêt, qui nous a conduit ensuite vers Múli (merci les routes à fleurs), un hameau perdu et surtout considéré comme abandonné, même s’il compte 4 habitants. Il a reçu l’électricité en dernier, et la route y a été construite tard… Trop tard… Les habitants en avaient sans doute marre de vivre dans le noir et avaient déjà commencer à décamper ! Mais malgré tout, certaines résidences font office aujourd’hui de maisons de vacances ! Je vous conseille la petite balade en pleine nature et le hameau, c’est vraiment agréable !!

 

week-end-iles-feroe

 

Il paraîtrait que le célèbre sorcier Guttorm i Mula a habité ici, et était très demandé pour ses incroyables pouvoirs magiques… Je pense que le dernier à avoir fait appel à lui a dû l’implorer de faire pousser de l’herbe sur les toits !

Deux des maisons de Múli ont été détruites et reconstruites au musée national du Danemark !

Le soir, nous n’avons pas pu nous résoudre à rentrer manger nos pâtes et sommes retournées à notre nouveau mantra… Euh muntra… Pour un burgerfish V2… Miam !

 

//

Torshavn, capitale des Îles féroé

 

week-end-iles-feroe

 

Le jour d’après, au programme : découvrir la capitale des Îles Féroé, la ville de Torshavn (sur l’Île Streymoy) ! La météo nous avait prévu du mauvais temps, et ô douce surprise, le temps n’est pas si maussade que ça (traduction version Féroé : parfois il pleut, parfois il y a du brouillard, parfois il y a du soleil)…

Torshavn a quand même abrité le parlement des vikings, ce qui en fit la capitale de l’archipel ! Elle compte aujourd’hui un peu plus de 12000 habitants, environ 20000 si on compte sa banlieue ! Ça reste donc une petite ville comparée à la plupart des capitales, à l’échelle de l’île !

Sa vieille ville Tinganes, est remplie de jolies ruelles bordées de très vieilles maisons en bois et coiffées de toits en herbe. Située en bordure de port, le mélange entre les vues sur les vieilles maisons et la ville plus nouvelle derrière et ses ferries est assez étonnante !

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

La cathédrale également vaut le coup d’oeil, il y a de bonnes adresses pour boire un verre vue sur le port ou dîner.

 

week-end-iles-feroe

 

Où manger à Torshavn ?

Kaffihúsið
Undir Bryggjubakka, Tórshavn, Îles Féroé

Une adresse sympa vue sur le port, le Starbuck version Îles Féroé parfait pour grignoter le midi avec une soupe du jour ou des paninis, de beaux desserts et des jus de fruits !

Katrina christiansen
6 Bringsnagøta, Tórshavn 100, Îles Féroé

Des planches de la mer, planches de viandes ou fromages en mode tapas délicieuses ! Le cadre y est super chaleureux, beaucoup de Féringiens dans le restaurant, c'est bon signe !

 

//

Hoyvík

 

Non loin de là, à Hoyvik, le musée national des Îles féroé  retrace toute forme de vie sur ses Iles, en allant de sa faune, à sa flore en passant par les Vikings ! Très instructif et ludique, la mise en scène de la partie Viking est belle !

//

Kirkjubøur

 

Plus au sud, à Kirkjubøur, vous pourrez visiter la plus vieille maison en bois du monde à être habitée, ainsi que la cathédrale médiévale Saint-Magnus inachevée, et sa petite église Saint-Olav .

 

week-end-iles-feroe

 

//

Lac Leitisvatn à Sørvágsvatn

 

Mais ce n’est pas tout, le temps étant vraiment au beau fixe, nous décidons de retourner sur l’Ile de Vágar et faire la randonnée du lac LeitisvatnSørvágsvatn), celle qu’on voit sur la plupart des photos des Îles Féroé. La randonnée est vraiment facile, agréable, et avec des paysages époustouflageants (j’en ai marre d’utiliser toujours les mêmes superlatifs)!

Teaser : on y voit donc accessoirement un lac. Mais ce n’est pas tout… Le clou du spectacle, c’est quand, du haut d’une falaise, on voit le lac au dessus de la mer ! Difficile à expliquer comme ça, le lac s’arrête puis la falaise pointe vers le haut d’une forme étrange, et en contrebas, l’océan Atlantique vient caresser les rochers. Ça a l’air sexy, et ben oui, ça l’est !!! Il m’a fallu faire un montage panoramique pour rendre compte de l’immensité du lieu !

 

week-end-iles-feroe

 

Puis en contrebas en escaladant quelques rochers, en tournant la tête à 180 degrés, en en se mettant sur la pointe des pieds, il y a moyen de voir la cascade Bøsdalafossur (bosse à la chaussure)  ! C’est vrai qu’au premier coup d’œil, elle est difficile à voir. Aïe j’ai mal….

 

week-end-iles-feroe

 

 

//

Tjørnuvík

 

week-end-iles-feroe

 

Le jour d’après, nous partons visiter la ville de Tjørnuvík (tourne plus vite). Et là, nous avons encore une vision différente de l’île !! Après les falaises, les moutons, les phares, les lacs et cascades, nous explorons un village enclavé entre des montagnes et faisant face à l’océan avec une magnifique plage de sable noir ! C’est un autre visage des Féroé, nous avions déjà vu la mer, mais souvent de haut, et de découvrir une jolie plage de sable noir me rappelle de doux souvenirs d’Islande et de Norvège ! Un sentiment de sérénité m’envahit, l’écume des vagues laisse des traces très graphiques sur le sable noir.

 

week-end-iles-feroe

 

Il fait en même temps beau et pas tant que ça (il faut aller aux Féroé pour comprendre ça… Un homme nous a dit qu’il n’avait pas vu de soleil depuis le mois de juin ici. Un autre nous a dit qu’il y avait chaque jour un peu de soleil. C’est un peu comme l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide… Il peut y avoir toutes les météos possible et imaginables en un quart d’heure de temps. Tu vois le ciel bleu le matin, mais tu sors quand même avec le k-way le pull, l’écharpe, le bonnet, les lunettes de soleil… Le Bikini… Non faut pas déconner non plus…). Je profite de la beauté du paysage dans de jolies teintes désaturées pour venir y mettre une Lykorne avec un bout de ciré (quelle insolence)!

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

//

Saksun

 

Après une pause mannequines de K-way de dos avec Alex, nous repartons en direction de Saksun : encore un joli coup de cœur. Ce village est photogénique à souhait, où que vous regardiez, vous verrez soit des petites maisons en toit d’herbe, soit une jolie petite église, soit un fjord turquoise (et je ne parle pas de yaourt), des cascades…. Ou, je vous le donne en mille… Des moutons ! C’est troooop mignon !!!!!

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

Si comme nous, vous faites les mamies et que vous ne voulez pas faire la balade de 6h entre Saksun et Tjørnuvik (froid, pleut un peu, pas le courage, j’ai mal aux sabots, noooon pitiéé), il y a quand même une balade sympa qui part de l’autre côté et emmène jusqu’à la petite plage qu’on voit de Saksun ! Certains chemins ont été fermés aux touristes en raison de l’état des sols, alors soyez prudents et trouvez plutôt les autres départs de rando (voir les départs sur ma carte).

 

week-end-iles-feroe

 

Repues de cette chouette journée, on termine en beauté avec un restaurant à Torshavn… On mange des tapas de poisson et fromage, c’est trop bon !

 

//

Vestmanna

 

Aujourd’hui, nous avons prévu de faire une excursion en bateau au départ de Vestmanna (l’excursion bird cliff : pour réserver c’est ici) ! Une bonne excuse pour admirer les oiseaux, et réaliser un rêve d’Alex avant qu’elle ne s’envole vers d’autres horizons, voir des puffins (des macareux : non ce ne sont pas des biscuits aux amandes qui volent, je l’aurai appris)…. Je n’y connais toujours rien en oiseaux, mais j’ai reconnu des mouettes, que j’ai prises en photo (mon appareil a ses limites, je n’ai pas un zoom assez conséquent pour attraper ces bêbêtes à plumes)…. Il y avait aussi des fulmars, des cormorans, des pétrels que je n’ai pas tout à fait réussi à identifier (je suis un peu myope, alors reconnaître des oiseaux qui sont dans le ciel, c’est un peu mission impossible pour moi)… Mais nous avons eu la chance de voir, et pas trop loin de nous, un mignon petit macareux de toute beauté (c’était une spéciale dédicace pour Alex je crois)!

Je recommande la balade, les oiseaux virevoltant autour des falaises, c’est magique, même sans reconnaître les marques… Euh les races. Les falaises aussi sont fabuleuses, c’est agréable de les admirer de la mer et pas d’en haut comme la plupart du temps, ça permet de changer de point de vue ! On entre dans des grottes, il y a des arches… Bref ludique et sympathique !

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

L’occasion de discuter également avec le guide et son équipage ! Ici, les excursions sont une affaire de famille, c’est le grand-père et son petit fils qui sont à bord de ce bateau, et son père s’occupe de l’excursion vers l’île de Mykines avec un plus gros bateau ! Il nous parle de l’évolution du tourisme qui progresse de 10 à 15 pour cent chaque année. Il pense que cette tendance se confirmera dans les prochaines années, mais n’espère pas avoir un boum touristique comme l’Islande. Il faut leur laisser le temps de se préparer, avoir les infrastructures pour accueillir les touristes, et mettre des signalétiques sur certaines randonnées. Quoiqu’il advienne dans le futur, je suis contente d’avoir découvert ses îles encore tellement préservées, je leur souhaite évidemment davantage de tourisme, c’est ce qu’ils attendent de toutes façons, mais en gardant leur âme et la beauté de leurs paysages… L’avenir le dira.

Vestmanna est une des plus grandes villes de l’île, ce qui est drôle quand on regarde le peu de maisons en s’éloignant du petit port de plaisance !

 

week-end-iles-feroe

//

Gásadalur (gars, t’as de l’allure)

 

Pour finir en beauté, nous sommes allées voir le coucher de soleil  sur la cascade de Múlafossur, avec vue sur le village de Gásadalur. Mais d’abord quelques stops sur la route s’imposent toujours et encore, le décor devient rougeoyant et nous n’avions pas encore vu Tindholmur (tin dans l’mur) sans sa coiffe de nuage ! Sa forme triangulaire et très pointue est très reconnaissable, avec des dents sur son sommet ! À côté, il y a l’arche d’Etretat version Féroé (Drangarnir).

 

week-end-iles-feroe

 

Une fois arrivées à la cascade, nous avons le bonheur de constater que nous pourrons admirer en même temps la cascade et le coucher de soleil puisque tout se passe du même côté !!!! D’ailleurs, nous voyons vite rappliquer d’un pas pressé quelques photographes avec le matos qui s’impose ! Pendant ce temps, j’essaie de faire des scoubidous avec mon octopus pour stabiliser mon appareil sur un poto (j’ai l’air d’une amatrice, je l’avoue). Mais j’y crois, fort, je l’aurai ma pose longue les gars, je l’aurai !!! Et la voici :

 week-end-iles-feroe

 

//

Sandavágur

 

Le village de Sandavágur est super mignon, si vous avez le temps de vous y arrêter, l’église est belle et il y a une petite balade derrière sur les rochers vue sur une île de toute beauté (même pas cartographiée sur google)… D’ailleurs le saviez-vous, les moutons ont été équipés de caméras par ses habitants il y a quelques années ! Dépités de ne pas apparaître en « street view » sur google maps, ils ont décidé de s’en occuper tout seuls !!! Drôle non ? Si ça vous intéresse, c’est par ici).

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

week-end-iles-feroe

 

Bilan de ma semaine aux Îles Féroé


Si vous n’êtes pas déjà en train d’acheter vos billets (bon si déjà vous n’êtes plus en train de vous dire pourquoi, mais pourquoiiii, ce sera un peu gagné), voilà le bilan de mon périple d’une semaine aux Îles Féroé

 

week-end-iles-feroe

 

Sur le Lykornomètre, je mets plusieurs sabots levés ! J’ai adoré la beauté des paysages, le caractère oublié de cette île battue par les vents ! C’est un condensé de nature à l’état brut, de pureté, on se sent vivant au milieu de ce genre de paysages… Sauvage et préservée, les Îles Féroé offrent des points de vue magiques…En une semaine, j’estime avoir eu le temps de voir les points d’intérêts que nous nous étions fixés. Alors oui, je vous le dis tout net, ça vaut le coup de se cailler les fesses en plein milieu de l’océan, de voyager au milieu de la brume et des nuages, surtout que les rayons de soleil sont bien plus grands qu’on ne le pense ! Les périodes de tempêtes sont entre octobre et mars, ce sont les moments les plus capricieux et peut-être les plus compliqués pour y aller… Et encore, certains l’ont fait et ont ramené de belles photos à leurs risques et périls, comme Julien, un aventurier invétéré du blog Sentiers du Phoenix. Vous trouverez évidemment plein de belles randonnées sur son blog, alors je vous invite à courir (oui en petites foulées, c’est mieux, je suis sûre qu’il appréciera) lire son article ici !!

Le blog de Mel également m’a servi pour choisir mes épingles google maps (processus très important dans l’organisation d’un voyage de Lykorne). Si vous voulez toutes les infos pratiques, c’est par !

Pour baver devant des photos magnifiques, je vous proposer de vous arrêter sur le blog Nature Photography !

Et bientôt aussi, il y aura un bel article de ma co-équipière de choc de ce joli périple sur son blog, alors guettez les amis, guettez par ici !!

 

Infos pratiques


Comment se rendre aux Iles Féroé ?

Nagez longuement depuis l’Ecosse, tournez légèrement vers la droite après le 12ème nuage… Non hein ?

Depuis la France, vous aurez une escale à Edimbourg ou à Copenhague, Atlantic Airways et sas entre autres relient les deux. J’ai payé 400 euros aller retour. Des ferries relient aussi les Iles Féroé depuis la Norvège, l’Ecosse et l’Allemagne !

Comment se déplacer sur les Îles Féroé ?

Pour les transports sur place, vous pouvez louer une voiture, ou bien prendre des bus pour rejoindre les différents points d’intérêt ! Les bus rouges sont gratuits à Torshavn (c’est peut-être mieux de loger ici si vous êtes en bus, car ils rayonnent tous à partir de là) ! L’office de tourisme propose des excursions à la demi journée vers les différents points d’intérêt pour environ 50 euros par personne ! Vous pourrez également rallier d’autres Iles sur place, comme Mykines (les prix étaient un peu prohibitifs, pour une excursion de 6h, comptez à peu près 200 euros par personne…) mais qui apparemment vaut le détour ! Certaines îles au sud se visitent également !

A noter : sur la route, il y a beaucoup de tunnels pour relier certaines îles entre elles ; et beaucoup de tunnels sont sur une voie, ce n’est pas moi qui conduisais mais ça a l’air flippant, même s’il y a régulièrement des places sur le côté… Il faut avoir une vue perçante pour s’engager 🙂 !

Pour consulter les itinéraires et tarifs de bus, c’est par !

Qu’est-ce qu’on mange aux Îles Féroé ?

On trouve de tout aux Féroé. Du poisson, de la viande, des légumes, des patates, du fromage… Dans les supermarchés, il y a beaucoup de produits importés de l’Islande et du Danemark, des délicieux yaourts Skyr à la myrtille, des gâteaux…

Attention : tout est fermé le dimanche, si vous ne voulez pas courir d’un bout à l’autre de l’île pour trouver une serviette hygiénique (c’était la journée de la lose, je peux le dire…) surtout faites vos courses du lundi au samedi, d’autant plus que les supermarchés ferment vers 22h. J’ai fini par trouver après 3 heures de vadrouille et mon copain qui cherchait des solutions à des milliers de km (oui j’ai de la chance d’avoir un ours viking..). J’ai donc appris que certaines femmes contrôlent leur flux (non mais vous êtes sérieuses les filles ? C’est Red Vador qui maîtrise la force ou bien ?) moi perso, j’optais plutôt pour la culotte Lykorne en origami…

Quelle est la monnaie aux Îles Féroé ?

Les Îles appartenant au royaume du Danemark , la monnaie est la couronne danoise. Le niveau de vie est plus élevé qu’en France globalement…

Combien de temps partir aux Îles Féroé

En une semaine, j’estime avoir eu le temps de voir les points d’intérêts que nous nous étions fixés sans avoir le sentiment d’avoir couru tout du long, les distances ne sont pas folles d’un lieu à l’autre. Alors évidemment, il peut y avoir de quoi faire en restant davantage, il y a des Îles que nous n’avons pas explorées.

Où trouver de bons guides pour organiser son voyage aux Îles Féroé

Outre les blogs que je t’ai cités et qui m’ont aidée à savoir ce que je voulais absolument voir sur place, le guide Faroe islands des éditions Bradt était vraiment super ! Il n’y a pas beaucoup de choix en la matière, celui-ci est en anglais mais complet et détaillé !

Le site Visit Faroe Islands est tout simplement très fourni aussi ! Vous y trouverez toutes les infos pratiques et les excursions à faire sur place !

 

week-end-iles-feroe