Terre de diversité située au cœur des Balkans, la Bulgarie est un pays qui offre de folles aventures et un dépaysement garantis ! Des civilisations Thraces, des traces de civilisations romaines ou byzantines jusqu’aux touches orientales dessinées par l’empire ottoman… Autant de témoignages passés qui ont laissé leur empreinte sur le paysage ! En une semaine en Bulgarie, vous aurez le temps de découvrir des montagnes et lacs au creux des massifs des Balkans ou dans le parc national du Pirin, vous vous sentirez minuscule devant l’imposant Buzludzha, vous vous pâmerez d’admiration devant la cité médiévale de Veliko Tarnovo, vous vous perdrez dans les belles ruelles aux vieux pavés de Plovdiv et vous vous sentirez inondé d’une aura spirituelle face au monastère de Rila au milieu d’un paysage enchanteur…

Une semaine en Bulgarie

Attention, je vous aurai prévenus, Il peut tout arriver en Bulgarie… Gare aux gros coups de cœur et aux rencontres inattendues !

Nous atterrissons à Sofia, mais nous gardons la visite de la capitale pour la fin ! Notre mission dans un premier temps : prendre notre voiture de location et filer vers la ville de Kalofer, au nord du pays.

//

Kalofer

Mais kalonoufaire à Kalofer ?

Située dans les montagnes des Balkans à 600m d’altitude et comptant moins de 4000 habitants, c’est une ville bien située pour profiter de la nature, du parc national, et à distance raisonnable du Buzludzha, monument que nous voulions à tout prix visiter !

On dit qu’il y a souvent du monde aux Balkans (ah non ce n’est peut-être pas ça l’expression consacrée), et pourtant nous nous sentons seuls dans ce village hors du temps… Nous avons même l’impression d’arriver dans des contrées très reculées, où les gens vivent dehors le soir, mangent sur les trottoirs ou même sur la route, ont besoin de se sentir connectés à ce qui se passe, regardent avec curiosité les voitures, les habitants passer, les enfants jouer. Un côté vie à l’ancienne, j’avoue que cette ambiance me plaît d’entrée !

Point de départ de nombreuses randonnées dans les Balkans, nous en avons profité pour aller nous rafraîchir près des cascades, nous nous sommes également retrouvés nez à nez avec l’impressionnante statue érigée en hommage à Hristo Botnev, un poète et révolutionnaire considéré comme un héros national au 19e siècle.

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Où dormir à Kalofer


Lilikova guesthouse

Nous avons trouvé un petit havre de paix, où tout est décoré avec soin, le jardin est entretenu avec amour, les propriétaires sont très sympathiques et en plus, les prix sont très peu élevés (ça c’est une remarque générale, le coût de la vie n’est pas cher en Bulgarie).

Ou manger à Kalofer


Café restaurant Tunja

Ahhhhh…. Notre petit restaurant, comme il était chouette ! De la cuisine sans prétention, avec des champignons, des patates, de la viande, de l’aubergine du concombre, du saucisson, du Kavarma. Pour les boisssons des bières ou de l’Uzo… L’accueil était top !

//

Buzludzha ou le X Files bulgare

La route pour se rendre au Buzludzha est vraiment belle… Même s’il faut rester zen et concentré, lors de notre semaine en Bulgarie, nous avons constaté que les gens conduisent comme des fous !

On le voit de très loin, trônant au sommet de la colline Buzludzha, à 1441 m d’altitude : puis quand on commence à gravir les montagnes, le monument disparaît… Avant de ressurgir tout à coup lors d’un virage sans même que nous n’ayons eu le temps de nous préparer. Et de le voir tout à coup aussi imposant devant moi, ça m’a émue ! C’est un monument que je rêvais de voir depuis tellement longtemps ! Une architecture tout droit sortie des films de sciences fiction, et un monument abandonné de surcroît, j’ai toujours eu un goût particulier pour les délaissés ! On sent bien évidemment la touche soviétique, avec deux flammes en contrebas sculptées dans la pierre pour rappeler l’étroite relation entre la Bulgarie et la Russie. Le point de vue sur le monument est magnifique.

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Puis après avoir admiré le Buzludzha de loin, nous l’apprivoisons et nous rapprochons peu à peu, comme ça, l’air de rien…. Le soleil tombe, le ciel devient bleu et rougit (oui nous étions tous un peu timides devant ce bâtiment monumental), et les lumières qui se reflètent rendent le lieu encore plus insolite. Rencontre surréaliste entre une Lykorne et une soucoupe volante.

Une semaine en Bulgarie

Là où nous nous tenons debout, minuscules face à ce géant bulgare, se mêlent passé, présent et futur : si nous nous fions à son histoire, ce monument a été construit par les communistes pour commémorer le moment où les socialistes se sont retrouvés dans le plus grand secret pour organiser le mouvement en 1891. Conçu par l’architecte Guéorguy Stoilov, le Buzludzha a été inauguré en 1981, après avoir mobilisé plus de 6000 travailleurs et avoir coûté près de 7 000 000 d’euros, pour être abandonné 8 ans plus tard lors de la chute du régime communiste. Après avoir été abandonné, pillé puis dévasté, le monument attire aujourd’hui des touristes venus des 4 coins du monde pour le visiter !

Alors voilà, je dois vous le confesser, j’ai eu une toute petite frustration avant d’arriver jusque là. Il se trouve que jadis (oui j’en parle comme si c’était il y a fort fort longtemps pour prendre de la distance par rapport à tout ça), on pouvait pénétrer dans le Buzludzha. Comme un grand nombre de lieux abandonnés, il attise forcément la curiosité… Il y a d’ailleurs des photos magnifiques de l’intérieur du lieu, qui ne sont donc pas de moi, mais je vous en fais profiter pour comprendre la beauté et la poésie mélancolique du monument.

Une semaine en Bulgarie

© Thomas Jorion, un photographe plus que talentueux…

De ce que j’avais compris, il y avait une petite trappe secrète, et hop, ni vu ni connu, je m’engouffre… J’avais donc regardé des tas de vidéos pour trouver la dite trappe : sauf que voilà, le gouvernement a bien remarqué ce qui se passait sous la jupe du Buzludzha, et s’est dit après tant d’années d’abandon qu’il serait peut-être temps de le rénover (ça perd un peu de son intérêt du coup argghhhh). Donc en vue de lui redonner une nouvelle vie, il y a depuis cet été, devant le monument un garde qui surveille les lieux 24h sur 24… Nous avons quand même fait le tour de cet ovni au moins 3 fois, nous sommes passés devant la loge du gardien vérifier à quel point il était occupé (oui la Lykorne a un jambonneau-en-ciel au lieu d’un cerveau lorsqu’elle a une idée en tête). On s’est dit qu’on allait attendre l’air de rien l’heure de la grosse commission, ou qu’il s’endorme devant sa télé. Puis nous nous sommes rendus compte que l’emplacement de la trappe avait été recouvert de pierres.

Au final, sur place, le lieu est tellement dingue que cette frustration s’est bien vite envolée… Nous avons pris le temps de contempler et faire le tour de cette immense soucoupe, à côté de laquelle trône une immense tour avec l’étoile rouge soviétique qui coule comme si elle pleurait. Des graffitis habillent ça et là la structure.

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

//

Chipka Memorial Church

Une fois cette balade savourée au plus haut point, nous rebroussons chemin et apercevons des dômes dorés au loin… Non, rectification : mon viking a remarqué des dômes, parce que myope comme une taupe, je n’y voyais rien…

Sa vue ne nous a pas trompés, et nous nous sommes retrouvés face à une église orthodoxe aux dômes dorés et habillée de mosaïques bleues et rouges. Ça brille c’est beau, c’était pas dans mon guide… Et ça c’est chouette !

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

//

Chipka Freedom Monument

Une semaine en Bulgarie

Le lendemain, nous décidons d’aller visiter la ville de Veliko Tarnovo, qui abrite une forteresse, et a l’air pleine de charme… La route nous fait évidemment faire quelques détours. Nous découvrons le monument Chipka, un mémorial construit en 1934 pour honorer la mémoire des soldats morts durant les batailles de Chipka lors de la Guerre russo-turque de 1877-1878. Nous découvrons donc une grande tour tout en haut d’une belle rangée d’escaliers. Un lion de bronze se dresse à l’entrée, haut symbole de l’état bulgare. Une fois arrivés en haut des marches, nous découvrons une vue imprenable sur les montagnes. Le paysage, tout comme la météo, sont magnifiques, et nous profitons de la beauté du lieu pour nous y perdre un peu et faire un brin de balade.

Une semaine en Bulgarie

//

Veliko Tarnovo ou la ville du sabot

Une semaine en Bulgarie

J’avoue que le titre est trompeur, on ne fabrique pas de sabots à Veliko Tarnovo… Mais disons plutôt que nous avons retrouvé notre voiture habillée d’un mignon chausson… j’y reviendrai.

Bref, après quelques stops et divagations, nous voilà à Veliko Tarnovo. La ville surplombe le Yantra qui serpente joyeusement au milieu la ville, les maisons sont super mignonnes, il y a de jolies églises… Depuis la ville, vous avez un joli point de vue sur la forteresse de Tsarevets et vice versa ! Les ruelles sont étroites, nous avons des travaux en prime, très difficile de trouver une place pour se garer… On finit par trouver notre bonheur, on ne trouve pas de parcmètre ni d’infos sur le stationnement, c’est le bordel, on décide alors de ne pas s’en préoccuper plus que ça. C’est parfois le problème en vacances, il souffle un vent de liberté, et dans un moment d’égarement, on passe outre quelques règles élémentaires (mon cher Watson). Inconscients de ce que nous étions sur le point de faire à ce moment précis et tout à notre joie de pouvoir enfin nous dégourdir les jambes et partir à l’assaut de cette jolie ville, nous la traversons pour rejoindre la forteresse de Tsarevets. Juchée sur une colline, le coin est bucolique à souhait. Une belle église (Saint Sauveur) est posée sur un gros bouton vert, avec des remparts tout autour. On y voit les méandres de la rivière se frayer un passage en se tortillant en contrebas. Nous déambulons en long, en large et en travers. Il fait chaud mais la vue est magnifique, nous prenons un coca bien frais, nous nous asseyons dans l’herbe et contemplons ce qui nous entoure. Bouton pause….

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Puis nous faisons le chemin inverse, en profitant des belles ruelles, de points de vue sur la forteresse, nous immortalisons quelques églises, et regagnons peu à peu la voiture…

Une semaine en Bulgarie

C’est à peu près à son niveau, alors que je suis en train de me demander ce qu’on va bien pouvoir déjeuner (comme quoi ça m’arrive aussi), que j’entends mon Viking me rappeler tout à coup à la réalité « oh noooon ! » s’écrit il d’un air paniqué. Et là, en suivant son regard, je vois jaune… Notre jolie petite Fiat a un sabot. Outre le fait qu’un sabot jaune sur une fiat jaune c’est soublaïme ma chérie, je me revois tirer mon Viking vers la ville en lui disant « ça va, déteeends toooi, on va pas nous l’enlever la voiture, y a pas d’infos blabla bla bla… ». Me sentant piteuse tout à coup, je me confonds en excuses, et on se sent vite… Bah très cons en fait. Les deux gros touristes en Bulgarie. Une famille allemande, qui suivait la scène depuis une terrasse, vient à notre rescousse (je leur suis d’ailleurs très reconnaissante, parce-que de la terrasse, ça devait être un spectacle plutôt sympa : ils auraient tout aussi bien pu nous regarder tranquillement en dévorant leurs pizzas et en faisant des paris sur notre avenir). Il se trouve qu’en Bulgarie, il y a écrit en tout petit sur un panneau qu’il faut envoyer un texto pour payer, mais le numéro n’est pas donné, il faut demander l’aide des locaux… Pratique. Après avoir essayé de joindre le commissariat qui nous raccrochait à la figure à chaque fois, on voit alors une policière qui s’engouffre dans des ruelles, on lui court après… Elle appelle gentiment ses copains pour qu’ils viennent nous délivrer. Temps de l’opération : 30 mn… Coût de l’opération : 8 euros… Et quelques suées froides…. On s’en sort plutôt bien non ?

Allez des pâtes pour fêter ça, c’est que l’estomac de mon Viking voit rouge (après avoir vu jaune, il nous fait toutes les couleurs de l’arc-en-ciel)….

Mariage sur une station essence bulgare

Sur le chemin retour, presqu’arrivés à Kalofer, nous dépassons une station essence lorsque je réalise ce que je viens d’y voir : un prêtre qui faisait du stop…. La scène paraît un peu dingue mais je n’avais pourtant pas fumé mon plat de pasta : j’en avise donc mon Viking qui fait demi-tour illico pesto (non presto, pardon) !

Une fois devant la station, nous lui proposons de le déposer à Kalofer, mais il recherche plutôt des chauffeurs pour l’emmener jusqu’à Sofia. Sur le point de partir, il s’enquiert de savoir nos prénoms et commence une cérémonie bulgare dans notre fiat jaune, avec des grands gestes et des paroles dont nous n’entravons pas un traitre mot mais qui ont l’air articulées avec passion… Puis il nous bénit avec le reste de sa petite bouteille d’eau avant de nous demander une pièce symbolique pour sceller le serment.

En partant, nous ne savons pas vraiment à quoi nous avons assisté, mais nous ne pouvons pas nous empêcher de trouver la scène délicieusement cocasse. Entre deux éclats de rire, mon Viking se tourne alors vers moi (en regardant quand même encore un petit peu la route) : « si ça se trouve on vient de se marier sur une station essence bulgare ! » C’est cette version qu’on gardera…

Après une nuit de noces bulgare (cela va sans dire), nous sommes fin prêts pour partir à la découverte de nouveaux horizons… Nous laissons donc Kalofer s’évanouir derrière notre fiat jaune, et partons en direction du parc national du Pirin.

//

Plovdiv

Une semaine en Bulgarie

Sur la route nous nous arrêtons à Plovdiv, la seconde plus grande ville Bulgare après Sofia !

Là nous sommes catapultés au berceau de la civilisation, au cœur des vestiges Thraces ! Nous déambulons dans la vieille ville aux pavés et maisons du 19e siècle et nous visitons le Théâtre Romain, qui a été construit au IIe siècle, mais a été découvert seulement en 1972 lors d’un glissement de terrain !

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

//

Dobrinichte

La route entre Plovdiv et notre prochaine halte pour la nuit est splendide !!!! Le changement de décor est total, nous nous sommes au milieu des montagnes et des sapins, un petit vent de fraîcheur parvient jusqu’à nous (et après la chaleur écrasante des derniers jours, c’est salvateur)… Nous voyons ici et là sur la route des bergers avec leurs troupeaux de moutons, des vaches, des chevaux, c’est chouette à admirer.

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Nous croisons partout des petits étals de miel, certains même quasiment au milieu de la route…. Nom d’une Lykorne au miel, je ne peux résister à l’envie d’en acheter. On se retrouve face à une dame qui nous montre du doigt des fleurs ou sapins environnants pour essayer de nous faire comprendre à quels parfums sont ses pots. On ne comprend rien alors elle nous fait goûter à la cuillère directement dans chaque récipient (il y a de la bave de Lykorne et de Viking qui voyagent en Bulgarie depuis). Je dirais qu’on a goûté rose, fleurs de montagne, sapins, lavande. Après notre nuit de noces, nous voici donc en pleine lune de miel ! La petite dame nous fait des adieux déchirants après des embrassades et des photos comme si on se connaissait depuis 10 ans… En plus d’un prêtre, voilà maintenant notre petite vendeuse de miel laissée derrière nous sur le bord de la route, le bilan s’alourdit fâcheusement !

Une semaine en Bulgarie

Nous arrivons enfin à notre point de chute, et on peut dire que la rencontre qui nous attend promet encore des réjouissances !

C’est un vieux monsieur qui nous accueille avec un grand sourire ! Il ne parle pas du tout anglais, mais ne se démonte pas, il nous parle Bulgare comme si on parlait la même langue ! Alors on lui parle français en contrepartie ! Mais devant le peu d’efficacité de nos échanges, il dégaine son téléphone et fait du Google trad vocal à gogo : ça donne à peu près des conversations du 3e type comme suit :

Nous :

« Demain, nous partir dans les moustaches. Argh mais ça marche pas ce truc… Nuit dormir hutte dans la baie de Zbogue tous Pirin… Ah mais ça veut rien dire… »

Le Monsieur Bulgare :

« Parfait… Demain moi ferai visiter la moto dans la piscine avec vous. »

Nous :

« Non. Pas là demain. Après deux mains nous pourrons vise été ensemble. Raaa mais il comprend rien ce turc »

Bref, devant le peu d’efficacité de google trouduc, nous décidons de nous la jouer à l’ancienne. Le langage des mains. Et bah vous voulez que je vous dise… Ça marche très bien !

Notre hôte bulgare pointe du doigt sa moto, puis notre voiture. Nous le suivons donc alors qu’il nous fait visiter la ville. A chaque halte, il nous montre ce qu’il y a autour, agite les mains, s’anime d’une jolie passion pour Dobrinichte et l’envie de nous faire découvrir les coins qu’il aime. Plus de barrage de la langue, il nous fait découvrir son église favorite, la place du marché, l’office de Tourisme, les supermarchés, le spa ou se détendre après une journée de balade, les endroits où dîner le soir ! Un beau moment de partage…

Où dormir à Dobrinichte


Mira Guesthouse

un coin pour déjeuner vue sur la rivière, une terrasse vue sur la ville avec un hamac et de quoi manger, une cuisine aménagée avec tout à disposition. Des chambres confortables.

Ou manger à Dobrinichte


Hotel Makedonska Kruchma

Un cadre super agréable, un restaurant typique !

//

Parc national du Pirin

Une semaine en Bulgarie

Alors évidemment, le parc est très très grand… Il y a un accès via le télésiège de Bankso et un autre accès à partir de Gotse Delchev hut.

C’est sur cette dernière que nous jetons notre dévolu, afin de dormir dans un refuge sur le lac Bezbog (oui, il est tellement près du refuge que j’ai décidé que c’est comme si on dormait dessus).

A mesure que le télésiège s’élève vers les montagnes, nous surplombons toute la vallée, nous sentons les odeurs de sapin, nous avons hâte de découvrir cette nouvelle étape qui me tenait particulièrement à cœur. Nous avons nos nouveaux pulls bien chauds et je ne regrette pas l’achat parce que la température baisse considérablement. Je dois d’ailleurs ce doux miracle polaire à une conversation en terrasse le midi même avec mon Viking par 30 degrés.

Le Viking, prévoyant : « Et au fait, tu as regardé quelle température il fait la nuit dans tes montagnes là ».

La Lykorne, insolente qui n’en a fichtrement rien a péter : « Mais naaaaan, pas la peine, on est en été ».

Le Viking, un brin inquiet : « Bah c’est bien mais vérifie quand même on pourrait avoir des surprises… ».

La Lykorne, qui fait moins la maline : « Ahhhh, il fait 4 degrés la nuit…. ».

Silence… Cerveaux qui essaient de réfléchir.

En cœur (comment ça j’en rajoute ?) : « Et sinon on n’a pas croisé une boutique de sport sur la route ? On pourrait s’acheter des pulls. On a encore 12mn avant de partir on est larges »…

Bruit de pas qui courent sur le trottoir…

Je reviens à mon télésiège, arrivés en haut, nous jetons nos affaires dans notre refuge et courons prendre un bon bol d’air, avec nos pulls polaires (oui du coup, j’me la pète…).

Le lac est magnifique, la lumière est parfaite, le temps se suspendrait presque et nous nous délectons de ce lac perché qui ressemble au paradis. Nous prenons quelques clichés, juste pour le plaisir de partager ça ici bien sûr !

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Le soir, nous prenons un potage bulgare avec des boulettes et des frites au fromage de chèvre qui dépotent. Le gérant du refuge nous adresse un gigantesque sourire en criant « Françouuuuuuz, Françouuuuuuz » à chaque bout de couloir où il nous croise, en nous montrant du doigt pour que tout le monde profite du spectacle. A croire que c’est une bête qu’ils ne voient pas tous les 4 matins…

Après être sortis 5 ou 6… Bon ok 7 fois guetter les étoiles, qui étaient assez timides il faut le dire (ou alors elles ont entendu l’alerte « françouuuuz » et elles se sont planquées… Pas folles) , nous sommes allés nous coucher avant LA randonnée du séjour… pour découvrir Popovo Lake (ça a failli être d’ailleurs Papavu le lac…)

Où dormir et manger dans le Parc National du Pirin


Bezbog Hut

Refuge avec une grande capacité de chambres, repas très peu onéreux, simple mais agréable, et surtout vue sur le lac Bezbog.

Une semaine en Bulgarie

//

Popovo lake

Une semaine en Bulgarie

Réveil matin 7 heures, j’me réveille comme une fleur, ça va les gars bien dormi ? (Tryo)

Un café et un thé et hop, on se met en marche. Notre mission si vous l’acceptez. Rejoindre Popovo lake, en une heure top chrono.

30 minutes… La lune est magnifique, nous la suivons tout en l’immortalisant une bonne dizaine de fois ou presque…

1h de balade… Toutes les 5 mn, une Lykorne se tourne vers son Viking en disant « On ne doit plus être loin, ça doit être au prochain virage ». Pas de trace du lac. Ça monte, ça descend, ça glisse ou ça caillasse, mais pas de lac.

1h30 de balade… On croise un vieux lac tout desséché, je prie le dieu de la marche bulgare pour que ce ne soit pas celui-là… On voit au loin une cascade trop mignonne, je me mets en tête de la rejoindre. On fait un détour, on ne trouve pas de chemin. On escalade, on avance à moitié coincés dans les sapins, on découvre des champis plus fous que ceux d’Alice au pays des merveilles, puis bah on finit par faire demi tour pour revenir à notre but initial : trouver notre lac…

1h40 de balade…. On se retrouve nez à nez avec un panneau : Popovo Lake : 30 mn… Oups… J’entends vaguement une voix Viking « elle ne devait pas faire qu’une heure ta balade ??? », je fais la sourde oreille, parle fromage, poulet frit et sucreries comme ça, l’air de rien.

2h de balade… Ne voyant pas de lac, je propose même de rebrousser chemin. Mon viking a mal aux pieds, c’est qu’il n’a pas une autonomie de malade en marche à pieds depuis son accident. Mais il me dit que c’est bête de repartir bredouille après tant d’efforts.

2h30… Nous finissons presque par nous rendre à l’évidence ; il s’est peut-être bel et bien transformé en une flaque desséchée… C’est à ce moment là que nous apercevons enfin notre lac ! Il est sublime ! Il y a un petit îlot posé comme une boule de glace dessus (oui nous commençons à avoir faim), l’eau est d’un vert profond, les rayons font irruption tout à coup et la scène est encore plus belle ! Nous nous posons et profitons de la vue. C’est que nous l’avons bien méritée, bougres d’extrait de crétins des Alpes Bulgares.

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Il est temps de faire demi-tour si on ne veut pas rater le dernier télésiège pour redescendre à Dobrinichte.

//

SPA Alpha

En fin d’après-midi, pour nous offrir une petite session farniente après la folle randonnée du jour, nous décidons de nous prélasser au paradis de la baignade et des jacuzzi… Et je vous recommande de passer par là, l’entrée n’est pas chère et le lieu est super !

Après cette pause relaxante, nous nous rapprochons du Parc National de Rila et nous promenons dans le coin au milieu des sapins.

Une semaine en Bulgarie

//

Les 7 lacs de Rila

Une semaine en Bulgarie

J’ai moultes fois entendu parler des 7 lacs de Rila et c’était en haut de la liste des trucs que je voulais A-BSO-LU-MENT voir en venant en Bulgarie… Et au final, loin d’être notre coin favori !

Ce qui aurait dû se passer :

Ayant scrupuleusement choisi un hôtel près des 7 lacs, on devait prendre la route 25 mn tout au plus, arriver au parking, nous envoyer en l’air (en télésiège) jusqu’au point de départ des balades, avec vue imprenable sur les lacs !!!

Ce qui s’est réellement passé :

Le GPS n’arrive pas à nous conduire jusqu’au parking (pourquoi, mais pourquooooiiiiii ?) ! Du coup on imagine qu’il faut se garer plus tôt et faire le reste à pieds… On marche presqu’une heure au milieu des sapins, puis on débouche sur des sentiers ou des jeeps et 4×4 nous barrent le passage toutes les 3 secondes avec des touristes agglutinés à l’arrière… Ne pouvant aller plus loin sans nous mettre sur la bas côté tous les 5 mètres pour les laisser passer (la lykorne est magique mais ne fait pas le poids face à une jeep…), on demande alors à un des chauffeurs qui fait la route vers le bas à vide si le télésiège est encore loin. Il nous propose gentiment de nous déposer gratuitement. Nous voici 5mn plus tard fraichement déposés au point P… Sauf qu’il fait une chaleur de bête et qu’il y a une queue gigantesque pour penser arriver jusqu’au télésiège !! Il faut d’abord faire la queue une première fois pour prendre un ticket puis ensuite refaire la queue pour poser ces fesses avant de monter au 7ème ciel…euh lac ! Tout à coup, on comprend alors l’intérêt de ce commerce de jeep… Pas fous les bulgares ! ils chopent la dose de touriste, les amènent presque jusque là-haut… Bah plutôt que d’attendre 2 heures, c’est ce qu’on a fait, nom d’un pigeon à paillettes. Nous voilà bringuebalés dans tous les sens (ce qui n’est pas sans nous rappeler notre road trip mongole !), c’est drôle mais ça fait mal au dos et aux fesses. On se retrouve sous les télésièges, avec la dernière ligne droite à faire dans la caillasse à pieds… Moi qui avait promis après notre rando de 5h30 à mon viking une toute petite randonninette de 2 h tout au plus, voilà qu’on est déja à 1h30 de balade sans même s’être approchés du premier lac…. Arghhhhh ! Bah y a plus qu’à y aller maintenant, c’est parti ! Le coin est joli, c’est vrai, mais vraiment blindé en août… C’est de surcroît assez sale, il y a beaucoup de détritus, puis après le parc du Pirin (un pour tous et tous Pirin), c’est difficile de trouver mieux je crois. C’est bien rare, mais la magie n’opère pas tout à fait pour nous à cet endroit. au bout de deux lacs, nous faisons demi-tour, retrouvons un 4×4 dont le chauffeur nous dépose le plus loin possible pour retrouver notre voiture (très sympathique, il nous explique que l’hiver, ils se reconvertit en pilote de moto neige pour monter les touristes, chouette !).

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

//

Le monastère de Rila

Une semaine en Bulgarie

Loin de nous laisser abattre, on mange un mars et on repart ! Cette fois-ci, nous roulons jusqu’au monastère de Rila ! Inscrit au patrimoine de l’UNESCO, le monastère est habité, il y a même une poste et un bureau de police ! Fondé vers l’an 930 par Saint Ivan de Rila, il fut de nombreuses fois pillé et dévasté, mais par la suite rebâti ! Le lieu est beau, apaisant et emprunt de sérénité à la fois ! Un monastère majestueux au milieu des montagnes, quel beau spectacle… On se sent forcément d’humeur spirituelle dans un tel cadre !

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

//

Sofia

Notre dernière étape nous rattrape déjà. Nous finissons notre séjour dans la fameuse capitale bulgare, Sofia ! Nous n’avons pas eu le temps de la visiter longuement, de la traverser en long, en large et de nous approprier les lieux, ça fera l’objet d’un second voyage. Mais ce que nous y avons vu, l’ambiance palpée nous a ravis !!! La cathédrale est somptueuse avec ses grands dômes arrondis, nous sommes allés la photographier de jour comme de nuit ! la petite église russe au dômes dorés ne démérite pas non plus !!!

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Une semaine en Bulgarie

Les paysages défilent, les champs de tournesol que j’ai pourchassé sans relâche pour avoir en vain THE photo, les montagnes et collines au loin, les voitures nous dépassent en roulant comme des folles. Dans ma tête, je vois un curé nous bénissant sur un bout de trottoir, une dame nous faisant de grands au-revoir, un Buzlhudza, un lac qui apparaît tel un mirage, un pull polaire, un monsieur sur sa moto avec un grand sourire s’arrêtant ça et là avec de grands gestes en nous parlant bulgare… Ce sont ces moments là que je veux garder au chaud avec moi. Tous ces morceaux de puzzle qui ont construit notre aventure, qui font que ce pays restera gravé dans nos cœurs ; cœurs qui se sont d’ailleurs serrés au moment de quitter le tarmac…

INFOS PRATIQUES POUR UNE SEMAINE EN BULGARIE

Vol Paris Sofia

2h30

Monnaie

Le Lev : 1 Lev = 0,51 Euros. C’est donc assez pratique pour convertir les prix.

Electricité

220 Volts

Langue

Le bulgare. Alphabet Cyrillique.

Circuler en voiture

Il n’y a pas de péages. La conduite est assez folle vous l’aurez compris, les limitations de vitesse sont de 50km/h en ville, 90km/h sur les nationales et 130-140 km/h sur les autoroutes. Il y a de plus en plus de radars, surtout à l’entrée et à la sortie des villes.

Coût de la vie

Le coût de la vie n’est pas très élevé comparé à la France, nous mangions dehors pour environ 6 euros par personne, une nuit en guesthouse nous revenait en moyenne à 10-15 euros par personne.


Voilà pour nos aventures en une semaine en Bulgarie, si vous voulez découvrir d’autres folles épopées, je vous invite à découvrir notre séjour en scooter dans l’Algarve !