Rouen est à seulement 1h45 de route de Paris. Elle fait partie des villes dont on se dit qu’on aura bien le temps de la visiter à l’occasion. Et l’occasion ne s’était jamais présentée avant cet été… Peut-être aussi qu’elle faisait partie des villes derrière lesquelles j’avais du mal à mettre un visage. Alors bien sûr, je savais qu’il y a une belle cathédrale, que c’est une ville animée, qu’elle est riche culturellement et historiquement… Mais pour autant, quand j’essayais de me figurer quelle genre d’ambiance pouvait bien se dégager de la ville, quels parfums parcouraient ses rues, quelles couleurs du pantonier j’y trouverais, si c’était plutôt chaleureux, accueillant ? Bah là, impossible de me projeter ! C’est grâce à Rouen Normandie tourisme que nous avons eu la chance de passer un week-end à Rouen et dans ses environs  !

Nous sommes donc allés palper l’ambiance avec un condensé de nature et de ville, de bons restaurants et d’hôtels de charme, une balade en vélo et diverses activités palpitantes, lumineuses et insolites ont guidé notre week-end ! Vous nous suivez ?

 

//

Week-end à Rouen : halte à la Bouille

 

En approchant de La Bouille, et accessoirement de l’heure du dîner, mon viking commence à avoir envie de parler nourriture… Je décide alors de lui lire le menu du restaurant Le Saint-Pierre tout haut pour lui mettre l’eau à la bouche, en articulant chaque syllabe : « Tartelette aux champignons, crème de lard, praliné et sabayon de champignons, herbes fraîches », « Bar confit à la feuille de figuier, sauce unagi, pâte de haricot vert à l’huile de noisette, figue rôtie et fagot de haricot vert à la roquette »… Et là au lieu de rebondir sur les doux mets qui font déjà danser mes papilles, je le vois se décomposer et me dire : « mais tu m’as dit que je n’avais pas besoin de prendre de vêtements classes »… En effet, je revois très clairement la scène (mea culpa), et je regarde mon Viking et moi même de la tête au pied et analyse la situation : il porte un short avec des tongs, il a sa barbe de 32 jours, un t-shirt Star Wars… J’ai mis ma jupe poissons qui selon mes collègues de formation ressemble à une jupette de tennis, avec des tongs. Mais ça aurait pu être pire, j’ai failli prendre mes lunettes de soleil en forme de cœur ! J’ai une robe dans les bagages qui fera l’affaire, mon viking un t-shirt long, des baskets et un pantalon… Ouf, sauvés !

 

L’hôtel restaurant Le Saint-Pierre, paradis gustatif et douce nuit sur les quais de Seine

C’est donc une Lykorne et son viking au look très décontracté qui arrivent comme deux pouilleux au Saint-Pierre. Le restaurant est beau, dans un joli cadre, en bordure de Seine, avec une charmante terrasse extérieure, de grandes baies vitrées. Nous sommes accueillis comme des rois par Ladislas et sa femme Delphine, les propriétaires du lieu.

week-end-rouen

Portrait de Ladislas, Maître Restaurateur au Saint-Pierre


Ladislas est un personnage haut en couleurs… Il vous accueille tout sourire dès le seuil de son hôtel, le Saint-Pierre. Comme le bonhomme du même nom, il veille à ce que chacun trouve l’entrée (ou le hors d’œuvre) de son paradis, armé d’un sourire à répétition et d’un humour taillé pour fendre les poires les plus récalcitrantes.

Seulement, ne vous y trompez pas, le gardien du temple, entre deux mots tordants, galope de pièces en pièces, s’inquiétant du bien-être de chacun, vrille et tourne comme un torero entre les tables du resto, prêt à donner le coup de grâce au moindre problème qui passe. Il y a du grain à moudre au Saint-Pierre, et celui qui fait tourner le moulin, c’est bien lui, et des deux mains.

Au cours du dîner, Ladislas se joint à nous et se fait un devoir d’évoquer un peu l’histoire de la ville de La Bouille. Il va jusqu’à nous toucher un mot des maints efforts fournis pour la restauration de leur église, qui, soit dit en passant, est effectivement un joli p’tit lot. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme “la cathédrale de Bouille” , à moins que cette appellation ne dissimule quelque sarcasme, à méditer.

Bref, mon viking, soucieux de montrer à quel point il est réceptif à la sauvegarde des édifices en voie d’extinction, va jusqu’à lui avouer que ses tympans ont été transportés par l’originalité du carillon de sa cathédrale.

Ladislas le fixe, puis lève alors les yeux très haut, comme s’il cherchait quelque-chose sous son crâne. Ne trouvant rien, il me considère à nouveau, interdit. C’est alors qu’il m’annonce avec embarras, que le carillon de l’édifice n’a rien de particulier, et que la seule chose qu’il a bien pu entendre, c’est la sonnerie de portable du “monsieur-de-la-table-d’à-côté” (une piètre imitation de Big Ben sans doutes).

Tout en admettant qu’il trouve cette sonnerie fort irritante, Ladislas, tout sourire, me fait vite comprendre que s’il y a une cloche en cette soirée, elle est en face de lui.

Note pour l’avenir : limiter autant que possible les échanges verbaux pour ne pas passer pour l’andouille de Bouille…

Un grand merci à Ladislas, Delphine, Alexandre, Margot et Enzo pour leur accueil et leur bonne humeur. Et vous, saurez-vous résister à ce flot de bonne humeur?

 

Les chambres de l’hôtel sont chaleureuses et confortables. Celle que nous avons occupée est très lumineuse avec ses deux grandes fenêtres, une vue sur les quais de Seine, l’autre sur la place et la ruelle.

 

week-end-rouen

week-end-rouen

La porte de l’ascenseur s’ouvre et se ferme toute seule, il y a une sorte de paillasson mécanique pour chaussures, je trouve cela très amusant (attention Lykorne découvrant la vie de château…)

Mais le clou de la soirée, c’est bel et bien le repas (le festin) qui nous attend au restaurant !

Nous avons profité de chaque moment de la soirée, de chaque saveur, et j’ai adoré !! Ce que je retiens de ce restaurant c’est qu’il mélange des ingrédients qu’on ne s’attend pas à déguster ensemble et sait surprendre ! Les plats sont tous bien présentés, très raffinés, j’ai eu du chèvre dans une tomate en nacre, mon viking a goûté une tartelette aux champignons excellente !! Les Cerises de mon plat étaient farcies aux champignons, j’ai trouvé ça fou ! Ils ont une pâtissière qui assure la fabrication de leurs pains chaque jour et s’accordent avec chaque plat. Je recommande totalement !!!

 

week-end-rouen

Les desserts étaient succulents, sublimés par une présentation magnifique !

Ce n’est pas tous les jours que la Lykorne va dans des restaurants d’une telle qualité, vous savez que le budget est souvent serré lorsqu’on vadrouille, je vous parle plus souvent hot dogs et sardines en boîte… Cette parenthèse a été vraiment chouette !

A noter : le prix des menus va de 23 à 75 euros, il y en a donc pour tous les porte-monnaie et tous les goûts !

week-end-rouen

 

J’ai guetté l’éclipse de lune sans relâche (ce qui a valu des dialogues d’une grande intensité avec Ladislas «elle passe par où la lune ce soir ?» «par le ciel» (il se moque de ma korne mais je l’aime bien décidément ce Ladislas), mais après la canicule, c’est surtout la pluie et les orages qui sont passés par le ciel… Pas grave, j’aime bien les éclairs et la pluie aussi !

Pour digérer, nous partons vadrouiller dans la ville de nuit, entre deux accalmies. Les éclairs strient le ciel, les pavés des ruelles brillent, ce village est super calme et mignon, c’est une jolie découverte pour bien commencer notre séjour dans les environs !

 

week-end-rouen

 

Et voici la version de jour, à courir après les chats et immortaliser l’église Sainte Madeleine au carillon… Hum normal !

La Bouille est un village situé dans le département de la Seine Maritime, en Normandie, et compte 750 habitants. Son nom viendrait à l’origine de son caractère marécageux, une bouille est un dérivé du mot « boue ». Son économie s’est vite dirigée vers le fleuve, entre pêche et transport de marchandises. Aujourd’hui, elle vit davantage du tourisme.

week-end-rouen

week-end-rouen

 

week-end-rouen

 

 

Portrait d’Alexandre Goniak, chef de cuisine du Saint-Pierre


Avant de quitter les lieux, nous avons le plaisir d’échanger quelques mots avec le grand manitou de la cuisine : Alexandre Goniak, l’âme du Conquérant.

Nous ne le savions pas, mais nous avions déjà rencontré Alexandre la veille. Il avait pris le parti de nous servir lui-même les plats, soucieux sans doutes de ne pas rompre la ligne d’approvisionnement. Mon viking m’avait d’ailleurs fait remarquer qu’il avait les mêmes crocs que le gars qui nous avait déposé les assiettes, et que pour le coup, il avait trouvé ça plutôt classe. En dehors de ce détail vestimentaire essentiel qui lie ces deux hommes, il est à noter, que si Monsieur Goniak était un Jedi, ce serait Yoda, car sa maîtrise des fourneaux dépasse tout simplement l’entendement. Il existe sans doutes des mots pour décrire ce qui se passe dans nos bouches quand on déguste un plat de sa création, mais  mon récit serait alors frappé de censure (allez ouste, les enfants, c’est pas pour vous, au dodo). Simplement, dites-vous bien que si vous voulez égayer vos palais de l’art culinaire d’un vrai maestro, foncez au Saint-Pierre : Alexandre Goniak a plus d’un tour dans son sac pour vous satisfaire.

Hôtel-restaurant le Saint-Pierre

www.le-saint-pierre.com

Hôtel
www.le-saint-pierre.com/fr/hotel-restaurant-la-bouille

Chambres entre 80 et 112 euros la nuit.

Restaurant
www.le-saint-pierre.com/fr/les-menus-de-notre-restaurant

Menus à 23 ou 27 euros du mercredi au vendredi et de 37 euros à 75 euros les samedi et dimanche.

 

//

Week-end à Rouen : Jumièges et sa route des fruits en vélo

 

Aujourd’hui, programme champêtre en perspective : nous allons faire du vélo sur la route des fruits de Jumièges, puis découvrir l’abbaye en ruines (je ne parle pas de nous hein, mais bien de l’abbaye) !

week-end-rouen

 

Nous traversons la Seine en voiture sur le bac pour rejoindre le point d’information touristique de Jumièges ! C’est Jeremy qui nous accueille de façon très sympathique, nous prépare les vélos et nous explique l’itinéraire à suivre : nous ferons une boucle de deux heures au milieu des fruits, ce qui nous ravit ! Le temps est beau, et il fait moins lourd que les derniers jours grâce à l’orage de la veille, alors nous enfourchons nos vélos, et partons chevaucher la route magique des fruits !

Un gros coup de cœur pour cette balade, qui, à seulement deux heures de Paris, vous projette dans un monde fait de nature, de jolis décors vallonnés, avec de belles vues sur l’abbaye, au milieu des pommes, des mirabelles, des vaches, des poules, des moutons qui font bêêê… C’est dépaysant, la route est agréable. Une sortie à faire seul, en couple comme en famille ! Il est possible d’acheter des fruits en même temps en passant par des producteurs de fruits tout au long du trajet !

 

 

 

Route des fruits de Jumièges en vélo

www.rouentourisme.com/la-route-des-fruits-en-normandie-a-velo

Retrouvez toutes les infos sur le site !

L’Auberge des Ruines

Ensuite, après avoir fait nos adieux à nos vélos de compet’ et notre accueillant Jeremy, nous partons déjeuner à l’Auberge des Ruines. Le cadre est agréable, les plats sont bons, avec des plantes issues de la cueillette à l’abbaye de Jumièges, des huiles de Colza et le pain sont faits maison… Ils travaillent aussi avec des producteurs locaux ! Nous goûtons ainsi un cocktail à l’aspirule, une truite à la bière… Excellents !

week-end-rouen

l'Auberge des Ruines

www.auberge-des-ruines.fr

Retrouvez toutes les infos sur le site !

 

//

Week-end à Rouen : Abbaye de Jumièges

 

Requinqués, il est temps d’aller visiter l’abbaye de Jumièges ! Il y a des pierres abîmées, il manque des morceaux d’abbaye, on la visite à ciel ouvert : j’adore, mais j’adoooore ce genre d’ambiance !!!

 

week-end-rouen

 

Fondée en 654 par Saint Philibert, cette abbaye bénédictine a eu des heures de gloire ponctuées évidemment par des heures très sombres…. Détruite par les vikings, elle a réussi à renaître de ses cendres au prix de nombreuses rénovations pour finalement être de nouveau dévastée et pillée pendant la guerre de 100 ans ! Pourtant, elle a abrité pas loin de 1000 moines vers l’année 685 à son apogée, qui cultivaient la terre, créaient des jardins et des vergers, et mettaient en place toute une petite économie qui faisait vivre la ville… Son histoire se lit sur les pierres à travers différentes influences, quelques vestiges carolingiens côtoient l’art roman ainsi que quelques petites touches gothiques. L’art roman se caractérise par la grande voûte de l’abbaye, ses grandes tours, la sobriété de de ses ornements et peintures !

 

week-end-rouen

Beaucoup d’artistes ont établi leurs quartiers au sein de l’abbaye, ses vestiges lui donnant un caractère délicieusement romantique et mélancolique…Victor Hugo l’a quand même qualifiée de « plus belle ruine de France » (Label ©Victor Hugo, marque déposée). Les ruines ont souvent beaucoup de succès, c’est dans les failles d’un monument et ses blessures successives qu’on y lit des histoires et qu’on découvre son vrai visage. Il laisse une grande place à l’imagination également, on reconstitue les parties manquantes en rêve, on y transpose les différentes époques qui ont jalonné sa construction et sa destruction et cela donne encore plus de reliefs aux pierres qui nous entourent… Notre guide nous a assuré que l’ambiance romantique est à son comble durant l’automne et l’hiver, le temps reflétant l’âme de l’abbaye… Ça doit être drôle aussi de la visiter sous la pluie !

 

week-end-rouen

 

Jumièges au naturel

Après cette visite riche en émotions, c’est Christophe Mauduit, notre cuistot de l’Auberge des Ruines qui prend la relève et nous enseigne la cueillette sauvage dans le somptueux parc de l’Abbaye… J’ai un peu l’impression d’être une Lykorne versus wild version plantes vertes ! Je dois faire une confession : je ne suis pas très douée en cuisine, j’ai des moufles à la place des sabots, et en plus je confonds certaines herbes ! Je fais mes mélanges d’aromates un peu comme une sorcière devant sa marmite, en mélangeant plein de trucs et en s’attendait parfois à voir apparaître des choses qui ne sont pas dans le manuel… Alors là, je mets de la bonne volonté et j’essaie de différencier les diverses herbes sur notre chemin (hé c’est d’la bonne), de retenir comment on les distingue, quel goût ça a, de trouver du thym, de la menthe, des clous de girofle, mais je reste lucide : si je retente ma chance lors d’une escapade en solitaire, j’ai une chance sur deux de me planter (« plante », « se planter »… Oui, je sais quand on doit expliquer ses jeux de mots, c’est mauvais signe mais je ne voudrais pas que vous passiez à côté…) et de finir comme dans « Into the wild » «ah tiens, du thym ! Ah non, c’est du…. Ahhhhhhhhh»!

 

Abbaye de Jumièges

www.abbayedejumieges.fr

L'Abbaye est ouverte tous les jours de 9h30 à 18h30 du 15 avril au 15 septembre et de9h30 à 13h et 14h à 17h30 du 16 septembre au 14 avril.
Tarifs : Gratuit -18 ans, 4€ en tarif réduit, et 6€50 plein tarif.

 

week-end-rouen

Les deux presque experts en herbes que nous sommes (hum), après un chouette programme champêtre, se préparent maintenant à découvrir la ville…

 

//

Week-end à Rouen, la ville aux cent clochers

 

Nous arrivons à Rouen, et cherchons la rue des boucheries Saint Ouen (ça promet d’être sanglant) pour prendre nos quartiers dans notre nouveau logement !

 

week-end-rouen

 

Portrait d’Erika et Stephen. C’est toujours beau vu d’en haut


Si Bonnie and Clyde n’avaient pas existé, il y aurait eu Stephen et Erika : voilà un duo aussi perché que l’appartement qu’ils ont mis tant de cœur à décorer. Deux doux hallucinés qui se sont dit un jour qu’ils se rapprocheraient sans doutes un peu plus de leur rêve en réalisant ce petit univers aussi douillet que fou sur les cimes de Rouen. Il faut leur rendre justice, ils savent apporter une touche très personnelle à tout, eux inclus.

Tatoués, tout de noir vêtus, Erika amène une touche de couleur au duo avec des cheveux d’un bleu électrique. Moi, d’un coup, je me sens étrangement banale, limite triste, je me dis que j’aurais peut-être dû mettre mon shorty à motifs licornes, histoire de me donner un peu d’originalité.

Trop tard pour les regrets.

Nos hôtes nous accueillent comme si on se connaissait depuis une éternité.

Par quel bout commencer ? Le début semble tout indiqué. Nous nous sommes donné rendez-vous devant leur immeuble. Ils débarquent dans nos vies comme deux boules de bowling dans un jeu de mikado, en un instant, débordants de sincérité et d’envie de rigoler, et nous, on se laisse emporter, ils nous traînent dans un escalier raide comme la justice et grinçant comme les vieux genoux de ma mère, nous arrosant généreusement de questions en tous genres. Question d’honneur, on  riposte, dégainant tout notre arsenal interrogatif, nous croyons reprendre le dessus quand nous atteignons le sommet. Là, on dépose les armes et nos sacs, en contemplation. On admire, on s’exclame, on glousse, on tourne sur nous-même la bouche en “O”. On aurait voulu que ce soit chez nous : l’appartement rassemble une foule de petites choses aussi belles que drôles, placées avec humour et amour pour le plaisir des yeux, ou le confort de nos postérieurs joufflus.

Sur un des murs, des fesses d’ours en peluche font fièrement office de trophée « on voit toujours des têtes d’animaux sur les murs, pourquoi pas des culs », me dit la propriétaire des lieux. Là j’ai décidé qu’Erika serait ma nouvelle meilleure amie du monde…

Nous adoptons le lieu avec la même facilité que nous avons adopté ses créateurs.

Vous aussi, si vous allez vous percher “en haut”, avec Erika et Stephen, vous y serez bien. On est prêt à le parier.

 

week-end-rouen

 

Appartement en-haut

www.en-haut.com

2, rue des boucheries Saint-Ouen - 76000 ROUEN - T. 06 18 23 80 07 - E. [email protected]
Allez-y, mais pas trop quand même, soyez sympas, laissez-nous de la place !

 

Pour sabrer cette belle amitié et complicité naissante (ça n’arrive vraiment pas tous les jours, il faut savourer), nous décidons d’aller boire ensemble un verre en terrasse (ça n’était pas dans le programme, et c’est bon aussi de se laisser surprendre)… Nous parlons voyage, de strings de pieds japonais… Bref !

L’heure tourne, et il est temps de retrouver Samir (entretien avec un Samir), qui travaille à l’office de tourisme de Rouen Normandie et nous a concocté avec amour ce superbe week-end !

C’est devant la belle cathédrale Notre dame de Rouen que nous nous retrouvons. Elle est immense !!!!!! Et dire que j’ai d’abord pris l’abbatiale pour la cathédrale tellement elle était grande… C’est difficile de la voir en entier d’un seul coup d’œil tellement elle est monumentale !

 

week-end-rouen

week-end-rouen

Restaurant le Kitsch

Samir nous emmène au Kitsch, une adresse fun et décontractée qui propose une carte à l’image de la décoration et du restaurant ! Le ton y est décalé, je vous laisse en juger par les noms de plats de la carte «la tarte dans ta gueule», «t’as le poireau qui gratte Jacques», «massacre au couteau»… Friande de jeux de mots, on peut dire que je suis très sensible à leur humour ! Et les toilettes valent à eux seuls le détour (prenez votre appareil photo, vous ne le regretterez pas…)! Je mange un burger délicieux, avec une tarte Carambar, miam !

L’occasion de parler de Rouen avec Samir (entretien avec un Samir, le nouveau film à venir) : son amour pour la ville et son envie de la mettre en lumière sont jolis à voir. Maintenant que je commence à mettre un visage sur sa topographie, je le comprends aisément…

 

 

week-end-rouen

Le kitsch

www.kitsch-rouen.com

10, rue du Tambour - Rouen
Découvrez le menu sur le site web !

//

Illuminations de la cathédrale de Rouen

 

Pour finir la journée en beauté, Samir nous sort le grand jeu, nous partons voir le spectacle de lumière projeté sur la cathédrale !

Alors là, je suis aux anges (oui, les Lykornes aiment tout ce qui brille, que ce soient les aurores boréales, les étoiles filantes, les feux d’artifices ou les illuminations : c’est un peu Noël avant l’heure !)… La cathédrale s’habille de mille et une couleurs, avec une recherche dans le jeu avec son architecture ! Ses reliefs sont mis en avant de façon assez subtile, la dame se pare de tons dorés, bleus et nous raconte des histoires, sur Jeanne d’Arc et Guillaume le Conquérant ! Il y a deux boucles avec chacune deux spectacles, chaque boucle dure 25 mn ! J’avais vu les éclairages de Chartres que j’avais déjà trouvé superbes l’année d’avant, mais je dois reconnaître que celui-ci est encore plus spectaculaire ! Le travail derrière doit être colossal !

 

week-end-rouen

 

week-end-rouen

 

Illuminations de la cathédrale de Rouen

www.rouentourisme.com/cathedrale-de-lumiere

du 15 juin au 22 septembre 2018, c'est gratuit !

 

Le lendemain, c’est une Erika les bras remplis de viennoiserie qui joue les réveils matins… La classe !! Elle nous montre alors ses créations, des compositions avec du verre et de la peinture et d’autres effets de texture (avec de l’aluminium, de la peinture, du fil…) ! Je vous invite à découvrir son compte instagram si vous avez l’âme créative, c’est inspirant, et c’est par ici !!

 

//

Visite guidée de Rouen

 

Nous retournons ensuite vers la cathédrale, point de départ de la visite de Rouen avec un Greeter. Je ne connaissais pas ce concept, et pourtant il existe dans de nombreux pays, et je trouve le principe génial. Le but est de découvrir une ville à travers les yeux d’un de ses habitants, selon sa sensibilité, et à travers un ou plusieurs thèmes ! Cela peut tourner autour de l’histoire d’un lieu, ou le street art, visite d’un marché…

 

Portrait d’Anne, notre great Greeter à Rouen


week-end-rouen

Nous l’avons découverte un jour de pluie sous un bout d’parapluie.

Nous n’avions pas la moindre idée de ce qui se cachait derrière l’appellation “Greeter”. Anne est un sacré personnage qui a su donner le juste sens à ce mot mystérieux. Elle est le fruit de l’improbable fusion d’une encyclopédie et d’une bonne copine avec qui t’as envie de boire un mojito en terrasse. Elle te détaille sans sourciller le pedigree d’une statue agrippée à son socle comme d’un gars qu’on croise dans la rue. Tu te rends vite compte qu’elle connaît les deux sur le bout des doigts.

Qu’on déambule dans les étroites ruelles de la vieille ville, qu’on s’émerveille sous la voûte ancestrale d’une église, ou que l’on passe devant la vitrine pop d’un bar insolite, Anne a un truc à te raconter : un bout d’histoire, une anecdote, une tranche de vie, une blague qui te fera entrevoir le Rouen qu’elle aime.

Anne, elle a une sacrée dose de franche amitié à revendre, et c’est tout naturellement qu’on parle avec elle de sa ville, de sa vie, de son homme, de ses filles, de ses amis et des lieux qu’elle apprécie.

Anne, c’est aussi une fêlée de photo. Ne soyez pas surpris, elle se balade avec son appareil et ne perd pas une occasion de capturer un instant, un tag, un monument, un passant…avec un redoutable talent.

S’il y a quelqu’un capable de vous faire découvrir Rouen sous son meilleur angle, c’est bien Anne. Elle gagne à être connue autant que sa ville qu’elle aime tant.

 

La ville de Rouen regorge de clochers, ce n’est pas pour rien qu’elle est surnommée «la ville aux cent clochers»! Je vais m’attarder sur les principales, sinon on va vous retrouver la tête sur le clavier d’ici quelques jours…

 

La cathédrale Notre dame de Rouen

Nous commençons par admirer sous tous les angles la cathédrale gothique (oui, elle est habillée en noir et porte des doc Martens… Non, c’est pas ça ?), et quelque soit l’endroit où nous nous plaçons, le plus gros défi reste de la voir en entier. Troisième plus grande cathédrale au monde, elle est aussi la plus large cathédrale de France ! Bâtie au 12ème siècle, elle fut remodelée au cours des siècles suivants, et sa flèche en fonte a été érigée au 19e siècle : elle mesure seulement… 151 mètres !

 

week-end-rouen

 

Eglise de Saint-Maclou, le maclou du spectacle…

Souvent la petite favorite des Rouennais (enfin petit constat fait sur un échantillon tout au plus de 3 personnes…Sondage très sérieux fait par la société Lykorne Illettrée). L’église de Saint-Maclou (l’église en tapis et moquettes à construire en kit…. Non ? Anne va regretter d’avoir fait la visite à une Lykorne Illettrée…) est très travaillée, on dirait qu’elle a été sculptée dans de la dentelle ! Sa pierre très blanche la fait ressortir et le point de vue depuis la ruelle est magique ! Cet édifice gothique flamboyant (ne m’en demandez pas plus, vous arrivez à la limite de mes compétences) perpétue la tradition normande avec sa tour lanterne coiffée d’une flèche de 83 mètres.

 

week-end-rouen

 

L’abbatiale saint-Ouen de Rouen

La visite se poursuit à l’abbatiale Saint Ouen : le contraste entre son apparence extérieure, noircie par le temps et avec de la mousse qui commence à galoper sur ses façades et l’intérieur très lumineux avec des vitraux aux couleurs chatoyantes est saisissant ! Elle a du caractère, elle est immense, sa perspective qui donne sur un orgue magnifique est très impressionnante !  L’abbatiale abrite aujourd’hui des événements et des concerts, et en explorant ses entrailles, je me dis que ça doit donner !

 

week-end-rouen

 

week-end-rouen

 

week-end-rouen

 

Ruelles animées de Rouen

J’aime beaucoup l’ambiance et la richesse de cette ville ! Pourtant aujourd’hui, la visite se fait par temps gris, mais ça n’enlève rien au charme de Rouen… Nous traversons les ruelles au charme irrésistible, parfois très étroites : les propriétaires des maisons payaient la maison selon le prix du mètre carré au rez-de-chaussée, alors elles s’élargissent au fur et à mesure des étages ! Je ne m’attendais pas à trouver autant de colombages, il y a de très vieilles maisons (qui datent de jadis ou naguère)…. Certains colombages ont même été démontés et reconstruits ailleurs ! J’ai eu un gros coup de cœur pour le quartier des antiquaires, où il fait particulièrement bon flâner !

 

 

week-end-rouen

 

Le gros horloge

Le gros horloge, classé monument historique, abrite les cloches de la ville et l’un des plus anciens mécanismes d’horlogerie en Europe. Au-dessus du cadran (ou l’aiguille pointe l’heure), trône un globe indiquant les phases des lunes. Ce monument emblématique se visite, on peut y voir la salle des cadrans, le beffroi qui renferme les mécanismes de l’horloge et qui offre une vue surplombant la ville ! Nous n’avons pas eu le temps de faire ce parcours, mais ce sera pour la prochaine fois !

 

week-end-rouen

 

Place de la Rougemare

Nous débouchons ensuite sur la place de la Rougemare, où nous photographions  « le vieux logis », une maison à colombages mélangés avec de la brique rouge assez originale construite en 1898 par le charpentier Ernest Villette. Nous nous laissons attendrir également par… Un chat (à venir sur le blog : visites guidées à travers les chats de la ville de Rouen…. Non ?) !

 

week-end-rouen

 

week-end-rouen

 

Place du vieux marché

Ensuite, passage obligé, nous explorons la place du vieux marché. Mais qu’est-ce qu’on y trouve à part un vieux marché ? J’y viens bande d’impatients 😉 ! Il y a d’abord, je vous le donne en mille, des maisons à colombages (Ikea version colombages, les pans de bois ont été d’ailleurs remontés pour la plupart, ils n’étaient pas là initialement.). Vous y trouverez également l’église Sainte-Jeanne-d’Arc de Rouen, dont l’architecture est assez étonnante vue de l’extérieur. Je n’aurais d’ailleurs jamais deviné que c’était une église si Anne ne me l’avait pas dit. Le toit a des formes assez étranges, qui symbolisent les flammes du bûcher de Jeanne-d’Arc. Je croyais que c’était les écailles d’un dragon… Oups ! A l’intérieur, outre sont toit en forme de coque de bateau, il y a de somptueux vitraux, qui appartenaient autrefois à l’église Saint Vincent (détruite en 1944). Enfin, et pas des moindres, vous verrez également sur cette place une croix regardant vers le ciel, un hommage à Jeanne d’Arc brûlée vive à cet endroit…

week-end-rouen

 

Tour Jeanne d’Arc

Cette tour est le seul vestige du château construit en 1204 par Philippe Auguste. C’est ici que se déroula le procès de Jeanne d’Arc, mais elle fut enfermée dans une autre tour (aujourd’hui détruite). Si vous voulez découvrir la tour Jeanne-d’Arc, vous pouvez y faire des escape game depuis 2017 !

 

week-end-rouen

 

Street art à Rouen

Sous forme de graf, de pochoirs, de collages, vous découvrirez du street art sous toutes ses formes à Rouen ! Il y a les artistes locaux, comme Ecloz, Padame One, Madkow et ceux de renommée internationale qui viennent y mettre leur patte artistique comme Fred le Chevalier ou Jef Aérosol… Certaines œuvres y restent de façon très éphémère !

 

week-end-rouen

 

week-end-rouen

 

Greeters de Rouen

www.rouentourisme.com/greeters

Pour faire la visite avec Anne, c'est par ici :
www.rouentourisme.com/greeter/anne-2573

 

L’empreinte de Rouen

Après cette chouette visite en bonne compagnie, nous rejoignons la pâtisserie de PH et Jo (ils proposent également des brunch), l’Empreinte ! À peine entrés, des desserts au regard ravageur me font coucou derrière leur vitrine, des sucettes en forme d’ours sont trop mignonnes. Tout est bien décoré, avec goût, tout donne faim et les présentations sont soignées et étudiées ! PH et Jo ont du talent et des idées, et de l’audace pour monter leur propre commerce du haut de leur petite vingtaine d’années !

 

week-end-rouen

Portraits de PH et Jo : restaurateurs de l’empreinte de Rouen


Voilà un pseudonyme qui pourrait sortir tout droit du tableau périodique des éléments de Mendeleïev : P pour phosphore, H pour hydrogène, Jo pour heuuu…joie? Vous l’aurez compris, la chimie n’est pas vraiment mon dada.

Derrière ces initiales se cachent en fait Pierre-Henri et Johanna, les deux composantes essentielles de “l’empreinte” : une pâtisserie nouvelle ère, en plein centre de Rouen.

Le nom de l’établissement pourrait  être un clin d’oeil à la monumentale claque qu’on prend quand on goûte une de leurs inventions : déferlement de saveurs, explosion de couleurs, avalanche de textures…(Bim! dans tes dents) une baffe pareille, ça laisse forcément des traces, d’où “l’empreinte” CQFD.

En y réfléchissant un peu plus, l’empreinte serait plus le point de liaison en la modernité du monde très “digital” que nous connaissons et l’authenticité des fresques murales esquissées par nos ancêtres sur les murs ocres des grottes de Lascaux.

Ph et Jo nous font faire le grand écart entre ancien et contemporain dans une ambiance chaleureuse à travers des compositions culinaires audacieuses sans perdre de vue que chacune de leurs créations est une combinaison d’artisanal et d’expérimental.

Ph confectionne, enfourne, arrange et mélange, tandis que Jo virevolte, sert, dessert, en cadence, tous deux branchés sur du 10 000 volts.

C’est donc tout naturellement que vous y dégusterez des confitures dans des bocaux qui vous rappelleront ceux de votre Mémé (mais au melon, à la pastèque…), tout en y découvrant des saveurs auxquelles vous n’auriez jamais pensé (des œufs brouillés au chèvre et miel, miam). Il est bon de vous avertir que vous y siroterez goulument des milk-shake pastels (cassis-pistache, j’ai testé…) qui déclencheront  une émeute de vos papilles et un séisme cérébral de grande amplitude… Soyez avisés enfin que vous croquerez le derrière de pâtisseries poudrées et extravagantes comme des divas, ornées de couronnes de fruits et de perles de chocolats.

Vous l’aurez compris, il n’y a que si vous ne comptez pas aller à Rouen que vous pourrez prétexter ne pas pouvoir passer à “l’empreinte”…et encore…

week-end-rouen

Bar à desserts l'Empreinte

patisserie-lempreinte.fr

11 rue Damiette - Rouen
Tél. 02 32 83 18 63

 

Le panorama XXL

Nous rejoignons ensuite les quais de Seine, pour découvrir le panorama XXL ! Le concept est assez fou ! Ce musée abrite des œuvres monumentales réalisées sur des toiles que vous pourrez admirer à 360° depuis un axe central.

Derrière ces panoramas circulaires aux thèmes variés se cache Yadear Asisi, un artiste et architecte qui expose en France et en Allemagne.

Nous y avons découvert Rouen vue du ciel en 1431, avec des jeux de lumières qui viennent animer les différentes scènes du panorama ! Les sons mettent l’accent sur des enfants cassant une vitre, le son d’un clocher, le tumulte de la ville pendant que les teintes changeantes montrent Rouen à différentes heures du jour et de la nuit !

 

 

week-end-rouen

Panorama XXL

www.panoramaxxl.com

Retrouvez toutes les infos pratiques sur le site !

 

Rosa’ Rouen : Rosalie, Rosalie, oh !

week-end-rouen

 

Pour conclure notre beau week-end normand (il fallait bien que ce moment arrive malheureusement), nous partons faire un tour sur les quais de Seine de Rouen en Rosalie ! Sous le pont Corneille c’est Cédric qui nous accueille !

 

Portrait de Cédric, l’homme aux Rosalies


Cédric, patron de Rosa Rouen, nous attend de pied ferme. Assis dans une cabine aux couleurs de son affaire. Accoudé au guichet, le bonhomme nous accueille, équipé d’un sourire de destruction massive, et nous annonce de but en blanc qu’il a lu quelques passages du Blog “La Lykorne Illettrée”.

Cédric s’extrait de son poste, et nous découvrons un gaillard aussi haut en couleurs qu’en centimètres. Si nous ne l’avions pas vu à l’intérieur une seconde avant, j’aurais parié qu’il ne pouvait pas tenir intégralement dans sa cabine.

Il nous considère tous les deux, son regard s’arrête brièvement sur mon Viking, fait la mise au point, puis décoche d’un air détaché : “ah? c’est lui l’ours viking?”

Heu oui, désolé mec, on a pas tous la chance d’avoir pour ancêtres des envahisseurs norrois et d’être taillés comme des armoires normandes (il est donc à préciser qu’il doit plus son surnom à sa pilosité qu’à son gabarit. Note pour les lecteurs qui seront amenés à nous croiser : en vrai, la Lykorne n’a pas de corne au milieu du front).

Je garde à l’esprit que notre sympathique géant a fait l’effort de s’intéresser à nous, et qu’il avait déjà extrapolé des personnages à partir de nos pseudonymes et nos récits…

Amoureux de sa ville et des choses simples, Cédric nous explique qu’il a monté sa petite entreprise qui propose des balades le long de la Seine dans des engins aussi écologiques que bucoliques.

Il est à préciser qu’il a baptisé chacune de ses rosalies des prénoms de son épouse, ses enfants et autres proches – C’est ce qu’on appelle une affaire de famille !!

Nous, on a fait un tour avec Juliette, un vrai moment de rigolade à prix et vitesse raisonnables. Si vous aimez les expériences sympas, Cédric vous en réserve une belle.

 

week-end-rouen

 

Avancer en pédalant à fond les moulinettes et la crinière au vent, sur les quais de Seine, je trouve que c’est la classe ! Nous croisons quelques compagnons de Rosalie qui nous saluent tous en klaxonnant et des grands coucous (hey regarde où tu vaaaas !!!) : faire de la Rosalie, ça créée des liens !

 

week-end-rouen

 

Rosa' Rouen

www.rouentourisme.com/activites-sportives-ludiques/rosa-rouen-location-de-rosalies-4893

Quai Saint-Sever, au pied du pont Corneille.
Tarifs : Rosalies 3 places : 30 mn : 10€ - 1h : 15€ / Rosalies 6 places : 30 mn : 15€ - 1h : 25€

 

Pas tout à fait prêts à partir encore, nous décidons d’aller regarder la ville du haut de la colline Sainte Catherine pour lui dire au revoir.

week-end-rouen

week-end-rouen

 

Nous avons eu un gros coup de cœur pour la ville de Rouen et ses alentours, autant humainement, que culturellement et à travers la douceur de vivre et l’ambiance qui s’en dégagent… A partir d’aujourd’hui, à l’évocation du nom de la ville, je ne verrai plus un gros point d’interrogation qui flotte au dessus d’une zone géographique approximative sur la carte mais de belles rencontres, une immense cathédrale illuminée, une abbaye en ruines avec son magnifique parc non loin de là, des ruelles pavées, des maisons à colombages, une route des fruits perdue au milieu d’un écrin de verdure… Autant de raisons qui nous pousseront à y retourner !

Un grand merci à Rouen Normandie pour l’organisation parfaite de ce week-end à Rouen qui nous a permis de découvrir et d’explorer la magnifique ville de Rouen et ses alentours. Merci beaucoup Samir pour le programme spécial Lykorne Illettrée que tu nous as fait, pour ta gentillesse et les très chouettes moments passés en ta compagnie, c’était super !!

Un grand merci à l’accueil chaleureux que nous ont réservé toutes les personnes que nous avons croisées durant ce magnifique week-end normand, nous espérons avoir été à la hauteur de votre gentillesse et de votre générosité… Au plaisir de vous recroiser !

 

Envie d’une dose supplémentaire d’articles sur Rouen ?

Amandine et Benoît des Love Trotteurs se sont régalés dans la ville aux cent clochers, et c’est par ici.

Sur le blog Miles and Love, Manue nous parle de la ville la plus stylée du monde, et c’est par .

Sur le blog Happy City, il y a plein de bonnes adresses également !

 

> Et enfin, si vous voulez suivre d’autres aventures à Korne en France, je vous propose de venir découvrir l’Aveyron avec moi !