White Sands blog

White Sands National Monument, situé au Nouveau Mexique, est un parc national célèbre pour la couleur blanche immaculée de ses dunes de gypse. Attention, je vais vous parler d’un lieu qui m’est apparu comme un mirage : mais je n’ai plus aucun doute depuis, ouf, j’ai retrouvé du sable au fond de ma poche….

 

white sands national monument

 

Vous connaissez déjà ma grande passion pour les décors glacés et enneigés. La lykorne des neiges a chevauché des mondes fantastiques faits de déserts glacés, que ce soit en Sibérie, en Islande, en Mongolie ou au Groenland. Mais il se trouve que je rêvais aussi en secret depuis moultes années de partir crinière au vent vers un désert de sel, de ceux qu’on voit dans les contes des 1001 nuits, ou du genre virée en amoureux à Tatooine (ce n’est pas la ville du tatoo). J’ai eu un petit aperçu du magnétisme des déserts à la dune du pila, lieu que j’affectionne tout particulièrement et où une dune se dresse entre mer et forêt de pins. Petite, je me suis toujours demandée ce que ce gros pâté de sable faisait là au milieu du paysage, cette vision est aussi surnaturelle qu’improbable ; j’ai adoré m’y promener en long en large en travers, et surtout dégringoler les dunes en courant à toute allure.

Bref, après quelques années à courir après des délices glacés, je me suis dit que ce serait bien de voir quelque chose de radicalement différent… Quoique…

Le désert de sable blanc du Nouveau Mexique, White Sands National Monument pour les intimes, se situe à côté de la ville de Las cruces, à une cinquantaine de minutes pour être précis (les distances sont tellement longues aux Etats-Unis, l’espace temps est différent : moins d’1 heure de route et ce sont des voisins). C’est donc tout au Sud du Nouveau Mexique et proche de la frontière avec le Mexique. Voyez-vous même sur la carte :

 

 

Comme nous avons atterri à Albuquerque la veille, 3h20 de route nous séparent du paradis blanc (Je m’en irai dormir dans le paradis blanc/Où les nuits sont si longues qu’on en oublie le temps/Tout seul avec le vent/Comme dans mes rêves d’enfant… Oui je me transforme en Lykorne Bergère de temps à autre…). Après avoir traversé des paysages plus désertiques les uns que les autres, avec des sols craquelés rouges, quelques arbustes verts dont on se demande presque comment ils ont pu atterrir là, des montagnes rouges ou noires, des chemins de fer interminables sur lesquelles on guette des wagonnets à prendre en photos, des champs jaune pastel, je distingue au loin très au loin (ne vois tu rien venir ?), comme une ligne blanche devant des montagnes…

Je m’écris : « Héééééé mais c’est fouuuuu, on voit déjà le White Sands d’ici ».

Mon viking moqueur (c’est une plaie aux nases… Euh c’est un pléonasme) me dit alors : « Tu confonds un mouton et un cheval à 2 mètres de toi sur la route mais tu vas me dire que tu vois déjà les dunes à 100 km (62 miles d’ailleurs, si je me réfèrer aux unités en vigueur) ».

Si je vous raconte tout ça, vous vous en doutez, nom d’un koyote à korne, c’est que j’avais raison, tempête de désert de sel. Ce n’était pas un mirage, donc si vous empruntez la route qui vous emmène d’Albuquerque jusqu’au White Sands dunes, guettez chers amis, guettez !

2 heures plus tard, après avoir fait quelques pauses photos à l’américaine sur la route (les distances paraissent vite longues alors on s’occupe : pourtant les paysages sont magnifiques, on y voit à perte de vue, un peu comme en Islande, mais ça n’empêche), nous touchons aux buttes (de sable blanc) et arrivons gaiement sur le Parking de White Sands Visitor Center.

 

white sands dunes
parc sable blanc usa

 

Après avoir pris quelques bouteilles d’eau, des morceaux de gypse en souvenir (la Lykorne, en bonne touriste kornue, prend des souvenirs avant même d’avoir visité le monument), je m’enquiers de savoir quelles options s’offrent à nous pour la visite : il est possible d’arpenter le parc à pieds par des sentiers balisés, où en voiture en empruntant la Dunes Scenic drive, ou un peu des deux, en s’arrêtant régulièrement en voiture pour aller voir les différents points de vue et s’enfoncer sur quelques sentiers de randonnée. C’est cette formule que nous avons choisie.

 

nouveau mexique white sands

 

Première claque monumentale du voyage. Et je ne parle pas du vent qui vient me fouetter le visage. Après avoir payé sagement notre entrée et avoir été averti qu’il vaut mieux prendre de l’eau, de la crème solaire, faire attention à ne pas se perdre en chemin, ne pas emmener son arrière arrière grand-mère ni son chien asthmatique et qu’il ne faut pas rouler trop vite, nous entrons enfin en terres sauvages… Nous apercevons nos premières dunettes blanchâtres, puis elles se transforment peu à peu en dunes à part entière, jusqu’à ce que tout soit recouvert de blanc à perte de vue….

 

usa nouveau mexique

 

dunes de sable blanc

 

white sands sunset

 

Ma première pensée fut évidemment pour nos contrées polaires, comme si cette excursion était un gros clin d’oeil à nos virées enneigées !! Encore un moment où mon Navajoviking m’a perdue (vue : une Lykorne prendre 500 photos frénétiquement en bondissant d’une dune à l’autre…).

Je vous pose le décor : imaginez une vallée entière recouverte de dunes de sable blanc fait de cristaux de gypse. Le désert s’étend sur plus de 700 km² et le parc couvre presque 600 km² en tout. Si le gypse apparaît sous forme de sable ici, c’est à cause de l’érosion.

Il y a plusieurs parkings tout au long de la scenic Drive, c’est agréable, on se laisse embarquer et on fait de multiples arrêts pour aller marcher et se rendre compte de nos propres yeux de la douce magie des paysages.

 

desert sable blanc coucher soleil

 

désert sable blanc nouveau mexique

 

Nous profitons des lumières sur White Sands Dunes jusqu’au coucher du soleil et même jusqu’aux dernières lueurs… Ce désert de sable blanc, comme une immensité de sucre glace ou de poudreuse, nous éblouit ! Je regarde chaque courbe, chaque arête marquée par la rupture nette de l’ombre qui côtoie la lumière et la dévore même peu à peu : nous savons déjà qu’à cette heure de la journée, c’est l’obscurité qui va gagner ! Le désert se pare peu à peu de nuances pastel, il rosit à vue d’oeil…. Et à mesure que notre astre disparaît, le vent se lève et il se met à faire très très frais (crème solaire, chaleur, déshydratation… Ma kroupe oui !!).

 

desert sable blanc coucher soleil

 

white sands national monument

 

desert white sands sable

 

desert sable blanc

 

Au fur et à mesure que nous nous enfonçons à travers dunes, nous laissons les quelques touristes derrière nous et profitons des reliefs et couleurs du coucher du soleil juste pour nous deux. Nous n’entendons plus que le bruit de nos pas sur le sable et le vent qui souffle par intermittence.

Après une année de travail acharné pour moi, ce moment là a eu une saveur particulière. Chaque voyage est à sa façon une première fois. Au delà du rêve assouvi de découvrir enfin mon désert de sel, la sensation de plénitude que j’ai ressentie devant la beauté de ces paysages m’a libérée d’un seul coup de toute la pression accumulée jusque là. C’est peut-être ça la magie du désert : Se retrouver face à soi même. Se connecter à l’essentiel. N’avoir aucun obstacle à l’horizon entre ciel et terre. Ne plus penser à rien. Se concentrer sur ces pas. Contempler chaque détail, chaque couleur, chaque relief.

Et regarder de façon hypnotique ces vagues de sable immobiles qui se dressent devant moi.

 

white sands coucher soleil usa

 

usa nouveau mexique desert sable

 

white sands national monument

 

nlouveau mexique desert sable blanc

 

white sands national monument

 

white sands national monument

 

J’aurais pu rester de longues heures à contempler ces courbes et compter toutes les nuances qui se reflètent sur la sable blanc, puis bleu, puis rose : je pense d’ailleurs que si à 20h30 pétantes, les gardiens du temple… Euh des dunes ne nous avaient pas jetés dehors, nous y serions encore…

 

white sands national monument

 

 

Où dormir à White Sands National Monument


Super 8 à Alamorgo

Un motel en toute simplicité, idéalement situé à une vingtaine de minutes du White Sands National Monument. Accueil agréable et petit déjeuner compris.

 

Où manger vers White Sands National Monument


Applebee’s Grill

Autant le dire tout de suite… Ça a été compliqué dans certaines villes de trouver autre chose que des fast food, et surtout des restaurants ouverts après 22h. Sans être fou, celui-ci nous a permis de dîner tard après une journée dont nous avons voulu profiter jusqu’à la dernière seconde et convenablement.

 

INFOS PRATIQUES SUR WHITE SANDS DUNE


Pour ceux qui veulent aller mordre du sable blanc en dévalant les dune du côté de White sands National Monument : le parc est ouvert toute l’année à part le 25 décembre. Attention toutefois à quelques fermetures inopinées, à cause de l’état des routes, de mauvaises conditions météos ou encore de tests de missiles (il y a un grand terrain de missiles juste à côté). Vous pouvez appeler la veille de votre visite ou vous renseigner via twitter ou Facebook pour vérifier.

 

white sands national monument

 

Horaires

Le parc est ouvert de 7h du matin jusqu’à 21h de mai à Septembre, le reste de l’année il ferme entre 18h et 19h30, vous pouvez trouver le détail ici !

 

white sands national monument

 

Pour les plus fous, sachez que le sport national du parc est la luge sur sable ! Dommage, après le patin à glace sur le lac Baïkal, je n’ai pas pu ajouter cette korde à mon ark…

Tarif

L’entrée coûte 20$ par véhicule.

 

white sands national monument

 

Excursions

Il existe des excursions organisées de nuit l’été pendant les soirs de pleine lune, il y a un sunset circuit pour les intéressés (mais en toute honnêteté, vous avez droit de regarder le coucher de soleil quelque soit la dune sur laquelle vous allez.. Je dis ça, je dis rien).

Plusieurs randonnées sont possibles, l’excursion consacrée qui permet de s’enfoncer dans les dunes est Alkali Flat Trail.

Pour avoir plus d’infos et préparer votre visite à White Sands National Monument, cliquez ici !

Voilà pour notre folle journée à White Sands Dunes, premier article d’une grande série de notre voyage dans le grand Ouest Américain

En attendant, je vous laisse avec la vidéo de notre virée dans le désert de sable blanc